International
URL courte
311015
S'abonner

Pyongyang soutient l’idée de l’interdiction totale des armes nucléaires mais n’acceptera pas cet accord tant que Washington menace la Corée du Nord, a affirmé le vice-ambassadeur nord-coréen à l’Onu, soulignant que la situation sur la péninsule coréenne était devenue critique et que la guerre nucléaire pouvait être déclenchée à tout moment.

Pyongyang n'est pas prêt, pour le moment, à rejoindre la convention sur l'interdiction totale des armes nucléaires à cause de la politique hostile de Washington, a annoncé le numéro deux nord-coréen à l'Onu Kim In-ryong dans un discours sur le désarmement tenu devant l'assemblée générale de l'Onu.

«Tant que les États-Unis, qui menacent et font du chantage à la Corée du Nord à cause de son arsenal nucléaire, refusent l'accord sur l'interdiction des armes nucléaires, la Corée du Nord ne se joindra pas à cet accord», a-t-il ainsi déclaré.

Les armes nucléaires et les missiles balistiques sont, d'après le diplomate, «une mesure justifiée d'autodéfense» car «aucun pays du monde n'a subi cette menace nucléaire excessive et directe pendant aussi longtemps».

«La situation sur la péninsule coréenne, que tout le monde scrute avec attention, a atteint son point critique. La guerre nucléaire peut se déclencher à tout moment», a-t-il ajouté.

Comme l'indique Kim In-ryong, cette année la Corée du Nord «a franchi le cap final dans la constitution des forces nucléaires du pays» et possèdent désormais «différents moyens de lancement d'une bombe atomique, d'une bombe à hydrogène ainsi que de missiles balistiques intercontinentaux».

«Tant que la politique hostile et la menace nucléaire de la part des États-Unis ne seront pas complètement déracinées, nous ne mènerons jamais, peu importe les conséquences, de négociations sur nos armes nucléaires et nos missiles balistiques, et nous ne renoncerons jamais à la voie que nous avons choisie», a-t-il tenu à assurer en soulignant que tout le territoire des États-Unis était situé dans la zone de couverture des missiles nord-coréens et que si «les États-Unis osaient pénétrer de force» en Corée du Nord, «ils n'échapperaient pas à une punition sévère».

Les tensions ne cessent de monter autour de la péninsule coréenne ces derniers mois, durant lesquels Pyongyang a réalisé une série inédite de tests de missiles et procédé à l'essai d'une bombe à hydrogène (bombe H). Washington et Pyongyang procèdent à un échange régulier de menaces et d'intimidations. Donald Trump a menacé mi-septembre de «détruire totalement» la Corée du Nord en cas d'attaque initiale de Pyongyang. Pour sa part, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a promis de prendre les mesures les plus cruelles de l'histoire contre l'agression américaine.

Lire aussi:

«Tu hors de ma vue»: Mélenchon tacle Macron sur TikTok en reprenant une chanson en vogue - vidéo
Renaud sort une chanson surprise où il défend le Pr Raoult - vidéo
Gérald Darmanin réagit à la plainte pour viol qui le vise
«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
Tags:
armements, missiles balistiques, bombe à hydrogène, nucléaire coréen, armes nucléaires, ONU, Kim In Ryong, Corée du Nord, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook