International
URL courte
5220
S'abonner

Parmi 300 établissements d’enseignement supérieur en Europe de l’Est et en Asie centrale, l’Université d’État Lomonossov de Moscou arrive en tête du classement, affirment les spécialistes britanniques du centre de la recherche Quacquarelli Symonds.

L'Université d'État Lomonossov de Moscou est placée en tête du classement parmi 300 établissements d'enseignement supérieur en Europe de l'Est et en Asie centrale, indiquent les résultats de l'analyse réalisée par les spécialistes britanniques du centre de la recherche Quacquarelli Symonds.

D'après les auteurs de cette recherche, cette école a affiché les meilleurs résultats dans les catégories «réputation de l'employeur», «réputation académique», «corrélation entre le corps d'enseignants et les étudiants» ainsi que «efficacité de ressources internet».

L'Université d'État Lomonossov de Moscou est talonné par l'Université d'État de Novossibirsk.

Par ailleurs, parmi les établissements d'enseignement supérieur, figurant dans la liste du classement, un tiers est occupé par les universités russes.

Dans le top-dix du classement établi, on peut voir également l'Université Charles de Prague, l'Université de Varsovie, l'Université du Bosphore en Turquie, l'Université technique de Prague, l'Université technique du Moyen-Orient à Ankara et l'Université nationale kazakhe Al-Farabi.

En septembre, on a également appris que pour la quatrième année consécutive, l'Université d'État Lomonossov de Moscou faisait partie du top 200 du classement international Times Higher Education (THE), tandis que 17 autres universités russes figuraient également dans le top 1000 de cette liste.

Lire aussi:

Fraude sociale: les milliards perdus de la Sécu
Covid-19 en Île-de-France: «On assiste à une inversion de l'épidémie»
Les USA échouent à imposer leurs vues sur l’Iran au Conseil de sécurité de l’Onu
Tags:
établissements d’enseignement, enseignement, classement, Université d'Etat Lomonossov de Moscou (MGU), Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook