International
URL courte
451931
S'abonner

L’islamisme et la dictature de Recep Tayyip Erdogan présente une menace beaucoup plus importante pour l’Otan que la Russie de Vladimir Poutine, affirme un expert américain, appelant à prendre des mesures contre la Turquie.

Ce n'est pas Vladimir Poutine mais l'islamiste Recep Tayyip Erdogan, le «dictateur» de la Turquie qui présente une menace pour l'Otan, affirme Daniel Pipes, président du Forum du Moyen-Orient, dans les pages du Washington Times. Sa politique menace de miner l'Alliance, estime l'expert.

Après une série de démarches anti-Otan, celle-ci devrait prendre des mesures résolues pour suspendre l'activité de la Turquie au sein de l'Alliance jusqu'à ce qu'elle «se comporte à nouveau comme un allié», selon l'expert.

«Non, il ne s'agit pas d'amener les États membres à respecter les niveaux de dépenses convenus en matière de défense. Ou de trouver un rôle après l'effondrement soviétique. Ou de résister à la Russie de Vladimir Poutine. Il s'agit plutôt de Recep Tayyip Erdogan», lit-on dans l‘article.

Les principes fondamentaux de l'Otan définissent le but de l'alliance: «sauvegarder la liberté, le patrimoine commun et la civilisation des peuples [des États membres], fondée sur les principes de la démocratie, de la liberté individuelle et de l'État de droit». Jusqu'à l'effondrement de l'URSS en 1991, cela signifiait contenir et vaincre le Pacte de Varsovie.

Recep Tayyip Erdogan
© REUTERS / Yasin Bulbul/Presidential Palace
Aujourd'hui, cela signifie contenir et vaincre la Russie et l'islamisme, souligne l'expert. De ces derniers, l'islamisme est la menace la plus profonde et la plus durable, qui ne repose pas sur la personnalité d'un seul dirigeant, mais sur une idéologie très puissante qui a succédé au fascisme et au communisme en tant que défi utopique radical à l'Occident, selon lui.

Déjà en 1995, le Secrétaire général de l'Otan Willy Claes notait que «le fondamentalisme est au moins aussi dangereux que le communisme». Une fois la guerre froide terminée, il a déclaré que «le militantisme islamique est peut-être la menace la plus grave pour l'alliance de l'Otan et pour la sécurité occidentale».

M.Erdogan, cependant, a empêché la mise en œuvre du plan anti-islamisme de l'Otan. Plutôt que de consolider la lutte contre l'islamisme, les 28 autres membres ont cédé aux islamistes dans leurs rangs, souligne l'auteur.

Les 28 membres se taisent au sujet de la quasi-guerre civile que le régime turc mène dans le sud-est de l'Anatolie contre ses propres citoyens kurdes. L'émergence d'une armée privée (appelée SADAT) sous le contrôle exclusif de M.Erdogan ne semble pas les déranger.

En outre, ils semblent oublier le fait qu'Ankara a limité l'accès de la base de l'Otan à Incirlik, ainsi que ses relations tendues avec des États amis tels que l'Autriche, Chypre et Israël, et «l'anti-américanisme méchant» des autorités turques.

La maltraitance des ressortissants des pays membres de l'Otan ne dérange guère ses responsables: ni l'arrestation de 12 Allemands, ni la tentative d'assassinat de Turcs en Allemagne, ni la prise en otage d'Américains en Turquie, ni les violences répétées contre les Américains aux États-Unis, ajoute l'expert.

L'Otan a un choix. Elle peut poursuivre sa politique actuelle, dans l'espoir que M.Erdogan ne soit qu'un épisode et que la Turquie retournera en Occident. Ou elle peut juger que l'utilité de l'Otan est trop importante pour la sacrifier à cette possibilité spéculative et prendre alors des mesures résolues pour suspendre l'activité de la Turquie au sein de l'Otan jusqu'à ce qu'elle se comporte à nouveau comme un allié, résume Daniel Pipes.

Lire aussi:

«C'est de la…»: le chef sortant du Pentagone se lâche en parlant du chasseur F-35
Covid-19: bientôt la fin des aides? «Une pulvérisation de l’économie française»
La Commission européenne réagit à l’achat du Spoutnik V par la Hongrie
Michel Onfray attaque Macron: «On ne peut pas gouverner la France quand on méprise les Français» - vidéo
Tags:
OTAN, Daniel Pipes, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Turquie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook