International
URL courte
5151
S'abonner

Donald Trump a accusé l’ancien chef du FBI James Comey d’avoir essayé de blanchir l’ex-secrétaire d’État américaine Hillary Clinton alors qu’elle faisait l’objet d’une enquête sur le scandale de son serveur de messagerie privée.

L’ancien directeur du FBI américain James Comey serait entré en collusion avec Hillary Clinton lors de l’enquête portant sur l’utilisation d’un serveur privé par l’ex-secrétaire d’État, a déclaré le Président américain Donald Trump.

«Le FBI confirme les informations selon lesquelles James Comey a rédigé une lettre exonérant la menteuse Hillary Clinton bien avant que l'enquête soit terminée. Beaucoup de personnes n'ont pas été interrogées, y compris Clinton elle-même. Comey a déclaré sous serment qu'il ne l'avait pas fait – sans doute une collusion? Où est le département de la Justice?», a écrit M.Trump sur Twitter.

​​Fin août, les sénateurs républicains ont adressé une lettre au FBI affirmant que l’ancien directeur du bureau James Comey avait rédigé une déclaration innocentant Mme Clinton bien avant la fin de l’enquête.

«Il s'est avéré que James Comey a menti, a été à l’origine des fuites d’information et a complètement protégé Hillary Clinton. Il était la meilleure chose qui lui soit jamais arrivée!», a ajouté M.Trump sur Twitter.

​Le scandale sur l’utilisation d’un serveur de messagerie privée par la candidate démocrate Hillary Clinton à l’époque où elle était secrétaire d’État (2009-2013) a empoisonné sa campagne pour la présidentielle 2016. Les détracteurs de Mme Clinton lui ont reproché d’avoir rendu sa correspondance accessible aux pirates informatiques et d’avoir supprimé les courriels indésirables. Après une enquête, le FBI a conclu que les actions de Mme Clinton ne constituaient pas un crime, malgré la découverte d’une centaine de messages contenant des informations sensibles. James Comey a annoncé la réouverture de l’enquête dix jours avant la présidentielle.

Lire aussi:

Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Il refuse de donner une cigarette, sa mère se fait tuer en prenant sa défense dans la Drôme
Tags:
collusion, courriel, scandale, Twitter, Donald Trump, Hillary Clinton, James Comey, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook