International
URL courte
516
S'abonner

Environ 900 habitants de la tristement célèbre préfecture de Fukushima au Japon ont reçu l’ordre d’évacuer en raison de la menace d’inondations provoquée par le typhon Lan.

Les autorités ont décrété l'évacuation d'urgence d'environ 900 habitants de la ville de Koriyama, dans la préfecture de Fukushima, en raison de la menace de débordement du fleuve Abukuma-gawa, provoquée par le typhon Lan, a appris Sputnik par téléphone auprès de l'administration municipale.

«919 personnes seront évacuées au total», ont annoncé les autorités.

Plus tôt dans la journée, l'ordre d'évacuation a été mis en ligne sur le site de l'administration.

Le typhon Lan s'est abattu dimanche sur Honshu, la plus grande île japonaise. Il s'est déchainé toute la nuit à Tokyo, et les pluies qui sont tombées pendant plusieurs jours d'affilée ont provoqué des crues.

Selon les médias japonais, au moins une personne a été tuée et environ 90 autres ont été blessées dans différentes régions du Japon. L'agence météorologique japonaise fait état de rafales de vent de 45 m/s. Le typhon a touché la majeure partie de l'île de Honshu et le sud de l'île de Hokkaido. 

Le 11 mars 2011, un séisme et un tsunami dévastateurs ont frappé la préfecture japonaise de Fukushima, provoquant une série d'accidents dans la centrale nucléaire de Fukushuma-1. La fonte du combustible dans trois réacteurs de Fukushima a entraîné la contamination de vastes territoires aux alentours du site. La centrale a été définitivement fermée fin 2013, mais la décontamination continue jusqu'à présent.

Lire aussi:

Ce que l’on sait du conducteur de la voiture folle qui a fait 30 blessés en Allemagne
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Expulsée d’un sauna à cause de son maillot de bain jugé «inapproprié», elle soupçonne une autre raison – photo
Tags:
évacuation, typhon, Honshu, Fukushima, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook