International
URL courte
6011105
S'abonner

L'Armée de l'Air des États-Unis se prépare à remettre en alerte 24 heures sur 24 les bombardiers dotés d'armes nucléaires, mesure tombée dans l’oubli depuis la fin de la guerre froide en 1991, rapporte un portail d’information.

L'US Air Force attend l'ordre de remettre ses bombardiers nucléaires B-52 en alerte 24 heures sur 24, ce qui n'a pas eu lieu depuis 1991, lit-on sur le portail d'information Defence One, se référant au chef d'état-major de l'armée de l'air américaine, David Goldfein.

Bien qu'aucun ordre correspondant n'ait encore été donné, l'armée américaine a procédé aux préparatifs.

Comme l'a expliqué M. Goldfein, l'introduction d'un état de préparation au combat 24 heures sur 24 pour les bombardiers nucléaires serait l'une de nombreuses mesures prises par les États-Unis en réponse aux changements de la situation géopolitique.

«Le monde est un endroit dangereux et nous avons des gens qui parlent ouvertement de l'utilisation d'armes nucléaires. Ce n'est plus un monde bipolaire où il n'y a que nous et l'Union Soviétique. Il y a d'autres protagonistes désormais. Il n'a jamais été aussi important de s'assurer que nous remplissons bien cette mission», a précisé M. Goldfein.

Le Boeing B-52 Stratofortress est un bombardier stratégique subsonique à réaction et à long rayon d'action mis en service en 1955 dans l'United States Air Force (USAF), qui en avait 76 appareils en service en février 2015. Un B-52 peut emporter 20 missiles nucléaires AGM-69 SRAM. Le statut d'alerte 24 heures sur 24 n'a pas été introduit depuis 1991, à l'époque de la fin de la guerre froide.

Lire aussi:

Vladimir Poutine promet de «fermer la bouche ignoble» de ceux qui tentent de réécrire l’Histoire à l’étranger
Un énorme husky joue avec un minuscule chaton – vidéo
Un berger allemand défigure une ado en pleine séance photo d’un coup de mâchoire - images
Plusieurs individus soupçonnés de préparer un attentat interpellés à Brest
Tags:
alerte, bombardier, nucléaire, B-52, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik