Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook

    Un ex-officier de la CIA explique pourquoi Washington a du mal à contrôler Facebook

    © REUTERS/ Dado Ruvic
    International
    URL courte
    5163790

    Selon un ex-officier de la CIA contacté par Sputnik, il est peu probable que les autorités US parviennent dans un avenir proche à réguler les activités de Google, Facebook ou Twitter.

    Des géants du numérique tels que Google ou Facebook chercheront à éviter coûte que coûte toute restriction de leurs activités en ligne, estime l'ex-officier de la CIA Jack Rice dans un entretien accordé à Sputnik.

    Selon l'analyste, les grandes entreprises numériques résistent désespérément à toute tentative de rendre leurs activités «plus transparentes» en matière de financement.

    «D'énormes revenus y sont générés, et les gens ne sont pas prêts à la transparence», explique l'interlocuteur de l'agence.

    Il est ainsi peu probable que les autorités américaines parviennent dans un avenir proche à contrôler les activités de Google ou à règlementer les contenus publiés sur les réseaux sociaux, dont Facebook ou Twitter.

    D'après M.Rice, le «problème avec internet» consiste en ce que «le réseau ne se trouve pas à un seul endroit», et il est difficile de ce fait de tracer la provenance de telles ou telles activités sur la Toile. Il est également difficile de savoir «où sont en réalité basées les géants de l'industrie», déplore l'ex-officier de la CIA.

    «Ils possèdent des bureaux aux États-Unis, en Europe occidentale et en Asie du Sud-Ouest, mais il est toujours difficile de comprendre qui ils sont et où ils résident en réalité», souligne l'analyste.

    Lire aussi:

    WSJ: Google rémunère des chercheurs pour se montrer sous un jour favorable
    Filtre anti-fake de Google: les médias mainstream sont-ils les seuls crédibles?
    L’État français a-t-il les moyens de faire payer Google?
    Tags:
    financement, Internet, réseaux sociaux, Twitter, Inc, Google, Facebook, Inc, Jack Rice, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik