International
URL courte
Situation en Syrie (automne 2017) (110)
8042
S'abonner

Des dizaines de milliers de réfugiés syriens ne peuvent pas quitter le camp d’Al-Rukban, dans la province de Homs, ceci est dû à la position adoptée par le commandement des forces américaines déployées à Al-Tanf, qui empêche Damas de créer un couloir de sécurité, selon les militaires russes.

Les militaires américains s’opposent à la création par Damas d’un couloir de sécurité pour les réfugiés syriens bloqués dans le camp d’Al-Rukban, qui se trouve dans la zone contrôlée par les États-Unis dans la province de Homs, à la frontière avec la Jordanie, a annoncé mercredi le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

«Les États-Unis et les groupes armés illégaux qui opèrent dans le même secteur empêchent le gouvernement syrien d’organiser un couloir de sécurité et d’acheminer des cargaisons humanitaires auprès des habitants du camp depuis le territoire syrien», a indiqué le centre.

«Le trafic de drogue, la propagande terroriste et le recrutement de terroristes se poursuivent» dans le camp d’Al-Rukban, où la situation humanitaire se détériore tous les jours.

Mais le commandement des forces américaines déployées à Al-Tanf n’a pas permis aux représentants des organisations humanitaires internationales d’y accéder, d’après le centre.

Le camp d’Al-Rukban se trouve à 18 km au sud de la ville d’al-Tanf qui abrite une base des États-Unis.

Le ministère russe de la Défense a précédemment annoncé que les réfugiés d’al-Rukban étaient devenus une sorte de «bouclier vivant» pour les militaires de la base américaine d’Al-Tanf. 

Le camp héberge actuellement au moins 60.000 femmes et enfants de Raqqa et de Deir ez-Zor.

Dossier:
Situation en Syrie (automne 2017) (110)

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
Tags:
crise humanitaire, réfugiés, couloir humanitaire, camp de réfugiés, ministère russe de la Défense, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Al-Tanf, États-Unis, Russie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook