International
URL courte
7130
S'abonner

La société Google, qui possède YouTube, n'a pas trouvé d'indices d'une quelconque violation de la politique de son site Web d'hébergement de vidéos ni par la chaîne RT, ni par d'autres médias publics russes.

Tandis que «certains ont soulevé la question de l'utilisation de YouTube par la chaîne RT, financée par l'État russe», Google a annoncé n'avoir trouvé aucune preuve de soi-disant manipulations sur la plateforme YouTube par la chaîne, ni d'ailleurs par d'autres médias russes.

«Notre enquête n'a pas décelé d'indices de manipulations de notre plateforme ou de violations de notre politique. RT et d'autres médias financés par l'État respectent toujours nos règles standard», a déclaré l'entreprise dans un communiqué.

Plus tôt, Facebook et Twitter avaient affirmé qu'ils allaient présenter au Sénat américain des données sur des comptes qui, selon des sénateurs, pourraient être liés à la Russie. En guise de mesures pour contrer cette prétendue «ingérence russe» dans l'élection présidentielle américaine de 2016, la messagerie Twitter a annoncé qu'elle avait bloqué la publicité de tous les canaux appartenant à l'agence russe Sputnik et à la chaîne RT. Facebook a de son côté durci les règles de la publicité politique.

Ensuite, RT a fait savoir qu'en 2016, pendant la période de l'élection présidentielle américaine, Twitter avait cherché à convaincre cette chaîne russe de publier sur sa plateforme un volume important de publicité, «offre exclusive» qui a été déclinée. La chaîne a donc publié la présentation faite par Twitter à RT et qui portait sur la promotion du contenu lié aux élections américaines.

Selon la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova, l'absence de preuves tangibles qui pourraient justifier le blocage de la publicité de RT et Sputnik par Twitter fait penser que cette décision aurait été influencée par les services spéciaux américains.

Lire aussi:

«Tu hors de ma vue»: Mélenchon tacle Macron sur TikTok en reprenant une chanson en vogue - vidéo
Gérald Darmanin réagit à la plainte pour viol qui le vise
Renaud sort une chanson surprise où il défend le Pr Raoult - vidéo
«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
Tags:
enquête, publicité, ingérence, blocage, liberté d'expression, médias, Google, chaîne de télévision russe RT, YouTube, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook