Ecoutez Radio Sputnik
    Pyongyang

    Pyongyang: les «escrocs impérialistes» veulent déclencher une guerre nucléaire

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    18201

    Pour Pyongyang, le récent survol de la péninsule coréenne par des avions de combat américains constituait un «exercice de frappe nucléaire surprise» contre la Corée du Nord.

    Après le survol de la péninsule coréenne par des bombardiers supersoniques américains, la Corée du Nord a accusé les États-Unis de chercher à «déclencher une guerre nucléaire».

    Précédemment, l'US Air Force a annoncé que deux de ses B-1B Lancers stationnés à Guam avaient survolé la région en compagnie de deux F-16 sud-coréens et d'avions des Forces japonaises d'autodéfense.

    Les appareils ont imité des attaques sur des cibles terrestres, mais les exercices n'impliquaient pas d'armes réelles, précise l'armée américaine. Cela n'a pas empêché l'agence officielle nord-coréenne KCNA de dénoncer un «exercice de frappe nucléaire surprise».

    «Les escrocs impérialistes américains s'efforcent d'endiguer l'avance dynamique de la RPDC en déployant en permanence leurs moyens stratégiques nucléaires, mais l'armée et le peuple nord-coréens ne sont jamais effrayés par de telles démarches», martèle l'agence.

    Pour sa part, l'armée américaine insiste sur le fait que les exercices en question s'inscrivaient dans le programme de «présence permanente de bombardiers» dans la région Pacifique et ne constituaient pas de réponse à quelconque événement en cours.

    Lire aussi:

    Les États-Unis envisagent officiellement le recours à la force militaire contre l’Iran
    Attaque contre la Russie: le New York Times met en garde Trump après ses accusations de «haute trahison»
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Tags:
    frappe nucléaire, exercices militaires, réaction, survol, F-16 Fighting Falcon, B-1B Lancer, Forces d'autodéfense japonaises, US Air Force, Péninsule de Corée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik