International
URL courte
6270
S'abonner

La brigade cynophile des douanes de l’aéroport moscovite de Domodedovo entraîne ses employés quadrupèdes à flairer la présence de différentes devises dans les bagages des passagers.

Qui ignore encore que la mission des chiens attachés aux services des douanes est de repérer les armes, les explosifs et les stupéfiants dans les bagages, le fret et tout type de moyen de transport? En cela, leur rôle dans la sécurité des personnes et des biens ainsi que dans la lutte contre les trafics de produits prohibés est essentiel.

Encouragée par les résultats obtenus depuis deux ans, la brigade canine des douanes de l'aéroport international de Domodedovo, situé à 45 kilomètres au sud-est de Moscou, a récemment décidé de continuer à former certaines de ses nouvelles recrues quadrupèdes à la détection des billets de banque de différents pays. Pourque les chiens puissent mieux travailler lors de leurs séances d‘entraînement, les douanes vont prochainement investir dans l'achat „d'imitateurs de l'odeur" de coupures russes, chinoises, américaines et européennes.

Grâce à leurs fidèles compagnons, les douaniers de Domodedovo surveilleront plus efficacement encore les mouvements transfrontaliers d'argent liquide, qui sont souvent réalisés dans le but de blanchir des capitaux oude financer des entreprises terroristes.

Rappelons que la loi russe impose aux voyageurs entrant ou sortant du territoire de la Fédération de Russie avec l'équivalent en liquide de 10.000 dollars américains de remplir une déclaration en douane.

Lire aussi:

Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Le siège de CNN à Atlanta vandalisé par des manifestants après la mort de George Floyd - vidéo
Tags:
aéroport, chiens, aéroport Domodedovo de Moscou, Moscou
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook