Ecoutez Radio Sputnik
    A Saudi man passes the al-Faisaliya tower in Riyadh, Saudi Arabia

    Arabie saoudite: 10 princes et des dizaines d'ex-ministres arrêtés pour corruption

    © AP Photo/ Hasan Jamali
    International
    URL courte
    185066351

    Juste après la création, par décret royal, d'une commission anticorruption, 10 princes saoudiens ont été arrêtés. Parmi les personnes arrêtées figurerait le prince et milliardaire Al-Walid ben Talal, selon des médias.

    Dix princes et des dizaines d'anciens ministres ont été arrêtés samedi en Arabie saoudite sur décision d'une commission anticorruption, a annoncé la chaîne satellitaire Al-Arabiya, à capitaux saoudiens.

    Parallèlement, les puissants chefs de la Garde nationale saoudienne, une force d'élite intérieure, et de la Marine ont été limogés.

    «Dix princes et des dizaines d'anciens ministres arrêtés en Arabie saoudite», a tweeté la chaîne, qui n'a pas cité ses sources.

    L'information n'a pas été confirmée officiellement dans l'immédiat.

    Selon le portail saoudien Agile, un membre de la famille royale arrêté est accusé d'avoir signé des accords de vente illégale d'armes, un autre prince aurait conclu des accords inexistants et un autre prince aurait été impliqué dans des opérations de blanchiment d'argent.

    Parmi les personnes arrêtées figurerait le prince et milliardaire Al-Walid ben Talal, qui avait lancé il y a un an un appel pour que les femmes obtiennent le droit de conduire, selon des sites web saoudiens, cités par l'AFP.

    Ces arrestations interviennent peu après la création, par décret royal, de cette commission, dirigée par le prince héritier et homme fort du royaume ultra-conservateur, Mohammed ben Salmane.

    Lire aussi:

    Qu’est-ce qui motive les arrestations des princes en Arabie saoudite? Un expert l’explique
    Arabie saoudite: que cache la purge anticorruption?
    La lutte contre la corruption conduira-t-elle à la modernisation de l'Arabie saoudite?
    Tags:
    corruption, prince, Al-Walid Ben Talal, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik