International
URL courte
558
S'abonner

Pour avoir évoqué les mères célibataires, la présentatrice égyptienne Doaa Salah a été reconnue coupable d'incitation à la débauche et a été condamnée à une peine de prison. La sexualité hors mariage reste un sujet tabou en Égypte.

La justice égyptienne a condamné cette semaine à trois ans de prison Doaa Salah, une présentatrice de télévision qui avait consacré une émission au droit de la femme de devenir mère hors mariage.

En juillet, Mme Salah avait présenté une émission durant laquelle elle évoquait la maternité des femmes célibataires et s'est demandé s'il était possible pour une femme enceinte de «se marier uniquement pour la naissance de son enfant puis de divorcer après, selon un accord préalable».

Dans son émission, elle apparaissait affublée d'un faux-ventre de femme enceinte.

Les propos de Doaa Salah ont suscité une vive polémique en Égypte. L'émission a été suspendue pendant trois mois. Une plainte contre la présentatrice pour «incitation à la débauche» a été déposée par un avocat.

Doaa Salah a été finalement condamnée à trois ans de prison pour «outrage à la décence publique». L'animatrice devra payer une caution de 10.000 livres égyptiennes (environ 488 euros) pour rester en liberté, le temps d'un éventuel appel du verdict par la défense.

Il est à noter que l'été dernier, les écrans des cinémas égyptiens ont diffusé un film intitulé «Buy a Man» («Acheter un homme», en français), dont l'héroïne principale est une jeune femme. Désespérée d'être en couple, elle est prête à payer pour se marier afin de donner naissance à un enfant. Malgré son petit budget, le film est devenu l'un des plus populaires cette année en Égypte.

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Coronavirus: deux nouveaux cas recensés en France
Ce célèbre Français a perdu près de 5 milliards de dollars en 24h à cause du coronavirus
Coronavirus: un premier cas confirmé en Algérie, un citoyen italien
Tags:
maternité, mariage, prison, présentateur de télévision, grossesse, Egypte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook