Ecoutez Radio Sputnik
    Cours de russe dans une université syrienne.

    Les étudiants syriens de russe pourront poursuivre leur cursus gratuitement en Russie

    © Sputnik . Dmitry Vinogradov
    International
    URL courte
    0 310

    Compte tenu de l’intérêt porté par la Syrie aux spécialistes en langue russe, la Russie fera profiter prioritairement les ressortissants de ce pays ayant la langue de Pouchkine pour spécialité de son enseignement supérieur gratuit.

    Les étudiants du département de langue russe de l’Université de Damas seront privilégiés lors de l’attribution des places gratuites dans les établissements d’enseignement supérieur de Russie, a annoncé dans un commentaire à Sputnik Alexeï Frolov, chef par intérim de l'Agence russe pour la coopération internationale culturelle Rossotroudnitchestvo.

    «Comme nous le constatons, en Syrie on s’intéresse beaucoup au russe et à la Russie en général. Les spécialistes qui pourraient enseigner le russe sont très demandés… Nous avons confirmé être prêts à attribuer un nombre maximal de places aux spécialistes qui étudient le russe», a-t-il expliqué. 

    Et d’ajouter que dès février prochain l’Agence contribuera à ce que les étudiants du département de langue russe puissent s’inscrire en master en Russie pour y poursuivre leurs études.

    Pour rappel, la Russie a un système d’enseignement supérieur binaire – gratuit et payant. Chaque année le pays invite 15.000 étrangers à étudier gratuitement dans quelque 400 de ses universités. En 2017, le nombre des étudiants désireux de suivre leurs études en Russie a dépassé plus de six fois le nombre de quotas, d’après Rossotroudnitchestvo.

    Lire aussi:

    Échanges universitaires: la coopération franco-russe en plein essor
    L’Algérie s’invite dans les universités russes et tout le monde en profite
    «Il faudrait étendre le Projet 5-100 à 30 universités»
    Tags:
    études, russe, Université de Damas, Rossotroudnitchestvo, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik