International
URL courte
13881
S'abonner

Selon Vladimir Poutine, au lieu d'un vrai combat contre le terrorisme il s’agit d'une «imitation». Le Président russe l’explique par le fait que les armes destinées à l’opposition modérée se retrouvent chez les terroristes.

Le Président russe a dénoncé «une imitation» au lieu d'un vrai combat contre le terrorisme.

Se prononçant lors de la réunion de la commission de coopération militaro-technique entre la Russie et les pays étrangers, Vladimir Poutine a constaté que certains participants au marché des armes s'écartaient systématiquement des normes et des principes du droit international.

«Nous voyons un certain nombre de tendances inquiétantes qui se manifestent de plus en plus souvent ces derniers temps. Il s'agit, tout d'abord, de l'écart systématique de certains participants au marché des armes des normes et des principes du droit international, il s'agit de menaces directes contre des États souverains. Au lieu d'un vrai combat contre les groupements terroristes, il y a une imitation de cette lutte, les approvisionnements en armes incontrôlés augmentant», a déclaré le chef de l'État russe.

Selon lui, les armes qui arrivent aujourd'hui à l'opposition modérée se retrouvent le lendemain chez les terroristes.

«Il y a une impression que les points chauds et les zones de conflit se sont transformés pour certains en business rentable, en lien avec les schémas grisâtres visant à la fourniture d'armes aux pays et aux régions en proie à une situation militaire et politique instable», a ajouté M. Poutine.

Lire aussi:

Voici pourquoi il vaut mieux poser votre smartphone l'écran vers le bas
Le pays vers lequel a fui l’ex-roi d’Espagne soupçonné de corruption révélé par la presse espagnole
Un habitant de Nice sacrifie un mouton dans sa baignoire pour l’Aïd el-Kebir – vidéo choc
Val-de-Marne: une patrouille tombe sur 13 kg de cannabis, de la cocaïne et 56.000 euros
Tags:
armements, terrorisme, opposition modérée, Vladimir Poutine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook