International
URL courte
10131
S'abonner

Les États-Unis proposent de déployer une force de la paix dans l’est de l’Ukraine, à la frontière russe, mais «la Russie n’est pas une partie prenante du conflit», a indiqué un politologue dans une interview accordée à RT.

Les projets des États-Unis de déployer 20.000 casques bleus dans le sud-est de l'Ukraine sont commentés à RT par le politologue Sergueï Soudakov, membre correspondant de l'Académie des sciences militaires de Russie.

«Les États-Unis cherchent toujours les moyens de résoudre le conflit en Ukraine. Donald Trump comprend très bien qu'il existe la notion d'un investissement sans retour. Pour eux [les USA, ndlr], l'Ukraine est devenue non seulement un investissement sans retour, mais encore une dépense qu'ils ont dû assumer», a-t-il indiqué.

Sergueï Soudakov a souligné qu'il était très important de définir l'objectif de cette force de la paix.

«Tout comme les États-Unis, l'Ukraine estime que le contingent de la paix doit stationner à la frontière de la Russie, ce à quoi nous nous opposons résolument. Si elle [la force de la paix, ndlr] vient pour le désengagement des parties en conflit, nous revenons aux accords de Minsk et nous comprenons qu'il existe des parties prises dans l'engrenage du conflit. Kiev cherche depuis longtemps à présenter la Russie comme une de ces parties. Or, ce ne peut être décidé que par la Cour pénale internationale, qui n'a pourtant fait aucune déclaration. La Russie n'est pas une partie prenante du conflit», a-t-il fait remarquer encore une fois.

Auparavant, Vladimir Poutine avait déclaré qu'il soutenait l'idée de dépêcher en Ukraine des Forces de maintien de la paix qui pourraient assurer la sécurité de la mission de l'OSCE dans la région. Selon le Président russe, ces Forces devront être uniquement chargées d'assurer la sécurité des observateurs de l'OSCE et être déployées sur la ligne de démarcation et nulle part ailleurs.

Toutefois, Kiev a noté que la présence de casques bleus de l'Onu à la frontière russo-ukrainienne était une condition sine qua non du mandat de la mission de paix dans le Donbass.

Lire aussi:

Macron a déjà contredit Castex sur le remaniement, moins de 48 heures après sa nomination
Alger exige de Paris des excuses pour la colonisation: le gouvernement algérien cherche-t-il un «bouc émissaire»?
L'Ukraine brandit la menace d’une «guerre» contre la Russie
Le dernier pays concerné réticent au Nord Stream 2 donne finalement son feu vert
Tags:
paix, force, OSCE, Donald Trump, Minsk, États-Unis, Donbass, Kiev, Russie, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook