International
URL courte
3260
S'abonner

À l’issue d’une rencontre avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, le Président Poutine a dressé le bilan de la coopération d’Ankara, Moscou et Téhéran sur le règlement en Syrie.

La coopération entre les pays-garants du processus d’Astana sur le règlement de la crise en Syrie porte ses fruits, a déclaré lundi le Président Vladimir Poutine, soulignant que le taux de violence a baissé dans ce pays proche-oriental, ce qui ouvrait la voie au dialogue inter-syrien.

«Je tiens à noter non sans plaisir que notre travail conjoint avec la Turquie et l’Iran, pays-garants du processus d’Astana, continue à porter des  fruits concrets», a déclaré le Président russe à l’issue de ses négociations à Sotchi avec le Président turc Recep Tayipp Erdogan.

«Le taux de violence a, sans aucun doute, baissé et des conditions favorables à la promotion du dialogue inter-syrien sous l’égide des Nations unies sont créées», a expliqué M.Poutine, dont les propos ont été diffusés à l’antenne de la télévision nationale.

Et d’insister sur le fait que Moscou et Ankara étaient du même avis concernant la nécessité d’augmenter les efforts pour assurer la normalisation de la situation en Syrie  à long terme.

«Alors que la lutte contre les terroristes est un succès, monsieur le Président et moi-même sommes solidaires et  insistons sur la nécessité de redoubler d'efforts pour assurer la normalisation à long terme dans ce pays, avant tout pour accélérer le processus de règlement politique et afin d’aider les Syriens à reconstruire [leur pays, ndlr] après la guerre», a conclu M.Poutine.

Quatre rounds de négociations sur le règlement de la situation en Syrie ont déjà eu lieu à Astana: 23-24 janvier, 15-16 février, 14-15 mars et 3-4 mai. Ils ont notamment permis d'adopter un texte sur la mise en place d'un groupe opérationnel conjoint chargé de contrôler le respect du cessez-le-feu en Syrie. Les pays garants ont également signé un mémorandum sur la création de zones de désescalade en Syrie en vue de mettre fin aux violences, de préserver l'intégrité territoriale de la Syrie et de régler le conflit par des moyens politiques.

Lire aussi:

En marche vers une nouvelle crise? La dette des entreprises explose... et est de moins bonne qualité
Quelle a été la réaction de l’épouse de Benjamin Griveaux à la publication de ses vidéos X?
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Tags:
réglement politique, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Syrie, Astana, Iran, Turquie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook