International
URL courte
Par
1111
S'abonner

Loin des feux de la rampe, la coopération aéronautique franco-russe passe aussi par la fluidification des relations entre les deux États et les entreprises concernées. Ravil Khakimov, directeur du département Aviation du Ministère russe d’industrie, explique à Sputnik les dernières avancées du groupe de travail aéronautique du Conseil franco-russe.

Un «outil du quotidien» pour la coopération aéronautique, voilà comment Ravil Khakimov définit le groupe de travail du Conseil franco-russe sur les questions économiques, financières, industrielles et commerciales. Lors de ces rendez-vous, des décideurs au plus haut niveau dans la construction aéronautique abordent des questions dont la résolution dépend de décisions au niveau ministériel et étatique.

Aeroflot
© Photo / Communication Safran Aircraft Engines
Ainsi, le directeur du département d'aviation du Ministère russe d'industrie se réjouit-il des avancées de la dernière session, comme le dédouanement rapide des cargaisons des coentreprises franco-russes. Cela n'a l'air de rien, mais cette mesure permettra de fournir sans interruption des pièces de rechange et des consommables pour les ateliers de réparation et les points de service. Ravil Khakimov a également mentionné des perspectives de coopération dans le domaine de la livraison d'équipements pour la production en série de turboréacteurs.

Les procédés complexes et de haute technologie exigent l'utilisation de nouveaux logiciels pour Dassault Systems et REEL, un intégrateur de ligne de production et d'assemblage pour les équipementiers et d'installation de compacts de maintenance pour les compagnies aériennes. Dans le cadre de la coopération franco-russe, le rapprochement de deux écoles d'ingénieurs d'avionique implique de se former à de nouvelles façons de travailler.

«L'idée de former des spécialistes pour les domaines de haute technologie est constamment discutée par les partenaires russes et français»- précise Ravil Khakimov.

Et pour ce faire, les visites d'entreprises ont été organisées pour les professionnels de l'avionique. Safran, Hutchinson et d'autres sociétés françaises ont ouvert leurs portes.

«Les Français ne s'arrêtent pas dans l'amélioration des détails cruciaux et des processus technologiques. Ils investissent dans le développement de protocoles d'interaction, inventant des équipements qui facilitent le travail et assurent sa continuité», note l'expert russe.

Cette vision de processus de fabrication pragmatique ne tardera pas à porter ses fruits:

«Les coentreprises parlent souvent de la différence dans les cultures de production. Mais la capacité de travailler dans un domaine de haute technologie n'est pas liée à la nationalité. Par exemple, la précision scrupuleuse peut être apprise lors de nos échanges avec la France. Pour nous, ce qui prime, c'est la qualité de l'avion, le processus rentable, la cohérence de la technologie, sa logique interne et sa suffisance»

Certains projets communs connaissent un tel essor que les entreprises s'aventurent en dehors du cadre franco-russe. Comme l'a précisé le directeur du département d'aviation du Ministère russe d'industrie, «les collègues russes ont écouté la proposition française» pour le développement de la coopération sur CR929 (long-courrier sino-russe de 280 sièges).

Une chose est claire, le travail de coordination franco-russe dans le domaine de la simplification du régime douanier et de la fiscalité est apprécié par les deux parties.

«De telles réunions de travail sont nécessaires et donnent des résultats concrets. Tout ce sur quoi nous sommes tombés d'accord est possible techniquement et organisationnellement. Nous avons la certitude que ces décisions seront mises en œuvre», se félicite Ravil Khakimov.

Lire aussi:

«C'est un mal pour un bien»: un soldat français blessé lors d'une attaque terroriste au Mali témoigne
«La reprise du combat»: des manifestants contre la loi Sécurité globale se réunissent de nouveau à Paris - vidéo
La Chine présente un prototype de train à sustentation magnétique conçu pour rouler à 620 km/h – vidéos
L’OMS se prononce sur une preuve de vaccination exigée des voyageurs
Tags:
coopération, avions, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook