International
URL courte
Évolution de la situation en Syrie (novembre-décembre 2017) (43)
24981
S'abonner

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, a déclaré que l’Onu n’avait pas le droit d’autoriser une présence militaire sur le territoire de certains pays.

Commentant la déclaration du chef du Pentagone sur les troupes américaines en Syrie, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, a souligné que l’Onu n’avait pas le droit d’autoriser une présence militaire dans certains pays.

«C’est une déclaration étrange parce que l’Onu n’est pas en mesure de s’occuper de choses pareilles. La Syrie est un État souverain, indépendant. Seuls les autorités et le gouvernement syriens légitimes peuvent déterminer et inviter des forces armées de pays tiers sur leur territoire. L’Onu n’a pas ce droit.»

Le diplomate russe a en outre souligné qu’«un tel droit de la coalition n’a été inscrit dans aucune résolution du Conseil de sécurité de l’Onu».

«Et la lutte contre le terrorisme ne donne pas carte blanche à la présence de certains pays ou à la coalition sur le sol syrien.»

Plus tôt, afin d’expliquer ses actions militaires en Syrie, le chef du Pentagone, James Mattis, avait déclaré que c'était l'Onu qui avait autorisé les États-Unis à entrer sur le territoire syrien, en adoptant des résolutions contre Daech. Il est à noter que le Conseil de sécurité de l'Onu n'a pas autorisé les États-Unis à mener des opérations militaires en Syrie.

Les autorités syriennes insistent sur le fait que la présence américaine en Syrie est illégale, puisqu'elle est réalisée sans le consentement des autorités du pays, à la différence de la Russie, qui frappe Daech à l'invitation de Damas.

Dossier:
Évolution de la situation en Syrie (novembre-décembre 2017) (43)

Lire aussi:

Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
«La France est soumise»: Onfray critique la réaction de la France suite aux insultes proférées par Erdogan
Tags:
présence militaire, armée, Pentagone, Guennadi Gatilov, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook