Ecoutez Radio Sputnik
    Le chasseur russe Su-57

    The National Interest: à quoi ressemblerait une guerre entre la Russie et la Chine

    © Sputnik. Vladimir Astapkovich
    International
    URL courte
    102341017

    Le bimensuel américain The National Interest a proposé à ses lecteurs cinq types d’armements de pointe que la Russie pourrait utiliser dans une hypothétique guerre contre… la Chine. Toutefois, le média conclut qu’un tel scénario est peu probable, puisque les deux pays entretiennent de bonnes relations.

    Un expert de la revue américaine The National Interest a rédigé un article consacré à un conflit armé hypothétique qui pourrait éclater entre Moscou et Pékin. Il a notamment établi une liste des armements russes de pointe auxquels la Russie pourrait recourir afin de remporter la victoire.

    Parmi eux figurent notamment l'avion de chasse polyvalent de 5e génération Su-57 (T-50 ou PAK FA), le bombardier lourd Tupolev Tu-95, le bombardier lourd supersonique Tupolev Tu-160 «cygne blanc», le chasseur multirôle russe de génération 4++ Su-35 et le char de combat T-14 Armata.

    D'après l'auteur de l'article, Kyle Mizokami, un autre point fort de la Russie dans cette guerre serait ses forces armées avec leur riche expérience de combat.

    Les points faibles, selon l'expert, seraient l'économie du pays et sa situation géographique.

    De surcroît, M.Mizokami a souligné qu'un conflit armé entre la Russie et la Chine à court terme serait peu probable.

    «Les deux pays entretiennent de bonnes relations actuellement, et il est improbable qu'une guerre éclate entre ces deux États», a-t-il conclu.

    Lire aussi:

    Le chasseur de 5e génération Su-57 livré à l’armée russe en 2018
    Le premier Su-57 modernisé effectuera un vol à l’automne
    Des médias US totalement emballés par le vol de démonstration du Su-35 russe au MAKS-2017
    Tags:
    guerre, Su-57 (T-50, PAK-FA), T-14 Armata, Tu-160, Tu-95, Su-35, The National Interest, Chine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik