Ecoutez Radio Sputnik
    Raqqa

    Ce que Daech a fait à Raqqa pour empêcher le retour à la vie normale

    © REUTERS/ Erik De Castro
    International
    URL courte
    9260

    Avant de quitter Raqqa, les djihadistes de Daech ont placé des explosifs dans pratiquement tous les bâtiments du centre de cette ville syrienne, a communiqué sur Twitter l'émissaire du Président américain auprès de la coalition internationale de lutte contre Daech, Brett McGurk.

    L'envoyé spécial du Président américain auprès de la coalition internationale de lutte contre Daech, Brett McGurk, a décrit l'état dans lequel les djihadistes ont laissé la ville syrienne de Raqqa avant de la quitter.

    «Les terroristes de Daech ont laissé des explosifs dans pratiquement tous les bâtiments du centre-ville pour empêcher le retour à la vie normale…», a écrit M. McGurk sur Twitter en publiant la photo d'un hôpital.

    ​Selon le diplomate, il reste encore beaucoup de travail à Raqqa.

    «Nous appelons nos partenaires de la coalition à augmenter et accélérer leur soutien à la stabilisation compte tenu de l'ampleur du défi dans des zones comme Raqqa qui se relève actuellement du joug de Daech», a-t-il également écrit.

    ​Fin octobre, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont annoncé avoir complètement libéré Raqqa de Daech avec le soutien de la coalition dirigée par les États-Unis. L'opération de libération de cette ville avait commencé en juin 2017.

    Les autorités syriennes insistent sur le fait que la présence américaine en Syrie est illégale, puisqu'elle est réalisée sans le consentement des autorités du pays, à la différence de la Russie, qui frappe Daech à l'invitation de Damas.

    Lire aussi:

    Des «canaux militaires» Russie-USA pour chasser Daech de Deir ez-Zor
    Les ententes Russie-USA ont «aidé à augmenter la pression sur Daech à Raqqa»
    L’Éthiopie rejoint la coalition antiterroriste internationale
    Tags:
    lutte antiterroriste, libération, terrorisme, Daech, coalition anti-Daech, Raqqa, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik