International
URL courte
10301
S'abonner

Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a mis en doute la crédibilité de l’Otan après le refus de l’Alliance d’aider Ankara à garantir sa sécurité et à développer son système de défense antimissile.

L’Otan ne se présente pas comme une organisation digne de confiance, a déclaré samedi le Président turc Recep Tayyip Erdogan.

«Tous les membres de l’Alliance doutent qu’on puisse faire confiance à cette organisation», a indiqué M.Erdogan cité par l’agence turque Anadolu.

Le Président a insisté sur le fait que l’Otan avait rappelé ses systèmes de missiles sol-air Patriot de Turquie au moment où ce pays se sentait le plus menacé en raison des hostilités dans la Syrie voisine. En plus, l’Alliance avait laissé entendre qu’elle n’aiderait pas Ankara en cas d’attaque contre le territoire turc.

«Mais quand la Turquie a entamé des discussions pour acheter des missiles sol-air russes S-400 destinés à renforcer son système de défense antimissile, plusieurs membres importants de l’Otan ont critiqué Ankara», a ajouté M.Erdogan.

Il a encore dénoncé les activités des États-Unis en Syrie où Washington accorde «une aide politique, arme et finance les terroristes de PYD» (Parti de l'union démocratique kurde que la Turquie considère comme la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK)) sous prétexte de lutter contre Daech.

«Les États-Unis ont reconnu que des centaines de terroristes de Daech avaient quitté la région de Raqqa avec leur accord. C’est une confession honteuse qui ne convient pas aux alliés de la Turquie. Ankara est bien informée de la situation dans la région. La question se pose de savoir si les États-Unis mesurent les conséquences de leur politique?», a demandé M.Erdogan.

Il a promis de mener à son terme l’opération militaire turque dans la province syrienne d’Idlib et de déloger les terroristes des régions contrôlées par le PYD dans les régions d’Afrine et de Manbij. Selon lui, les forces turques s’attaqueraient également aux bases du PKK dans la région de Kandil, en Irak, qui présentent une menace pour la sécurité nationale turque.

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
La Russie réduit fortement sa livraison de gaz via la Pologne
Le pétrole iranien au Venezuela: les dessous d’une manœuvre stratégique «face à un même adversaire»
Tags:
confiance, Patriot (missile), S-400, Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), OTAN, Recep Tayyip Erdogan, Irak, Syrie, Turquie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook