Ecoutez Radio Sputnik
    Carles Puigdemont

    Désormais l’Espagne sait que Puigdemont est l’agent russe Cipollino

    © REUTERS/ Yves Herman
    International
    URL courte
    391475

    La ministre espagnole de la Défense María Dolores de Cospedal a appris, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue letton, que Carles Puigdemont était bien un agent de Vladimir Poutine et que la crise catalane était donc orchestrée depuis la Russie. Quel dommage que la conversation ne soit qu'un canular des farceurs russes!

    María Dolores de Cospedal, ministre espagnole de la Défense, a récemment reçu un coup de téléphone peu ordinaire. Un homme qui s'est présenté comme Raimonds Bergmanis, son homologue letton, a évoqué la «menace russe» et le rôle de la Russie dans la crise qui déchirait la Catalogne. La ministre a appris que le Président catalan destitué était un agent des services spéciaux russes connu sous le nom «Cipollino», si l'on veut croire les spécialistes russes du canular téléphonique, Vovan et Lexus.

    «Puidgemont, je ne sais pas comment vous allez le traiter, mais il ne faut pas flirter avec lui car c'est une histoire dangereuse», a déclaré d'une voix grave le ministre letton. «Puigdemont travaille depuis longtemps pour le renseignement russe. Nous avons même appris son pseudo dans les services spéciaux, Cipollino», a-t-il prévenu Mme Caspedal.

    Le faux ministre letton de la Défense a souligné qu'il fallait être vigilant et a d'ailleurs proposer d'aider Madrid, en déployant des unités lettones à Barcelone. Mme Caspedal a répondu vouloir en parler avec le chef du gouvernement et le Président Mariano Rajoy. Elle a demandé comment son interlocuteur a appris ces informations.

    Le «ministre» a dit les avoir obtenues de «sources fiables», partiellement en Ukraine. Il a appelé à prévoir un scénario similaire que celui «dans le Donbass». La femme politique l'a remercié pour les importantes informations et a pointé la nécessité d'ouvrir les yeux de la société espagnole sur ce qui se passait en réalité.

    «Je crois que vous n'avez jamais soupçonné le fait que Puigdemont était un agent pendant tout ce temps?»

    «Non, non, nous ne nous en doutions pas exactement. Nous savions que quelque chose de cette sorte se passait, mais nous ne supposions pas qu'il existait des liens aussi étroits», a répondu Mme Caspedal.

    De même, la «menace» croissante que présente la chaîne russe RT a été abordée. A la question de savoir si l'Espagne envisage d'interdire RT, la ministre a répondu par l'affirmative, mais n'a tout de même pas donné de précisions quant à des mesures concrètes.

    Selon les farceurs, Mme Caspedal a ensuite compris que la conversation était un canular. Quelque temps plus tard sur sa page Twitter, elle a qualifié le dialogue de «très étrange» et a affirmé savoir maintenant «que c'étaient des Russes».

    Lire aussi:

    Les Russes, discriminés en Lettonie, saisissent la Cour pénale internationale
    «La diabolisation de la Russie n'est pas une politique: c'est le signe de son absence»
    Le leader catalan propose une rencontre au Premier ministre espagnol
    Tags:
    coups de téléphone, menace russe, services secrets, canulars, renseignement, chaîne de télévision russe RT, Lexus (Alexeï Stoliarov), Vovan (Vladimir Kouznetsov), Carles Puigdemont, Catalogne, Lettonie, Espagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik