Ecoutez Radio Sputnik
    Michel Aoun

    Le Liban attaqué par la Ligue arabe, Aoun commente le «partenariat avec les terroristes»

    © AFP 2018 Hussein Malla
    International
    URL courte
    9420

    Recevant le secrétaire général de la Ligue arabe à Beyrouth, le Président Aoun a rejeté les allégations sur le prétendu partenariat du gouvernement libanais avec les terroristes et a souligné que la position formulée dimanche au Caire par le représentant permanent du Liban auprès de la Ligue traduisait la volonté nationale de son peuple.

    Le Liban rejette les allégations selon lesquelles le gouvernement de ce pays proche-oriental serait partenaire dans des actions terroristes, a déclaré le Président de ce pays proche-oriental Michel Aoun lors de sa rencontre lundi à Beyrouth avec le secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit.

    «Le Liban ne peut pas accepter les assertions selon lesquelles le gouvernement libanais serait partenaire dans des actions terroristes. La position énoncée la veille par notre représentant permanent auprès de la Ligue arabe traduit la volonté nationale», a souligné le Président Aoun, cité par son service de presse sur Twitter.

    Réunie d’urgence dimanche au Caire, la Ligue arabe a discuté  de l’ingérence de l’Iran dans les affaires des pays de la région. Dans leur déclaration finale, les chefs de la diplomatie ont qualifié le mouvement chiite libanais Hezbollah d’organisation terroriste, faisant assumer à ce «partenaire dans le gouvernement libanais, la responsabilité de fournir aux groupes terroristes dans les pays arabes des armes sophistiquées et des missiles balistiques». Le représentant permanent du Liban auprès de l’organisation, Antoine Azzam, a refusé de soutenir la résolution condamnant l’Iran et le Hezbollah.

    Le Liban ne payera pas le prix des conflits régionaux

    Michel Aoun a en outre rejeté toute responsabilité du Liban dans les conflits arabes et régionaux. «Il [le Liban, ndlr] n’a attaqué personne et ne peut répondre de ces conflits au prix de sa stabilité et sécurité».

    Et de rappeler que c’est le Liban qui n’avait cessé d’être agressé de 1978 à 2006, mais a pu libérer ses terres. D’après lui, les menaces israéliennes sont toujours une réalité et les Libanais ont le droit de se battre et de les contrer avec tous les moyens disponibles.

    La situation au Liban s’est aggravée depuis le 4 novembre, date de l’annonce de la démission surprise du Premier ministre Saad Hariri. En faisant cette annonce depuis Riyad, ce dernier a accusé le Hezbollah et l’Iran de «mainmise» sur le Liban.

    La diplomatie iranienne a alors rejeté les allégations de Saad Hariri, les qualifiant d’infondées. Quant au leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, il a déclaré que l’Arabie saoudite avait contraint le Premier ministre libanais à démissionner.

    Lire aussi:

    L’armée libanaise appelée à une «disponibilité totale» face à la «menace israélienne»
    Hariri révèle la date de son retour au Liban
    Hezbollah: l’Arabie saoudite a demandé à Israël d’attaquer le Liban
    Tags:
    accusations, Hezbollah, Ligue arabe, Antoine Azzam, Michel Aoun, Ahmed Aboul Gheit, Iran, Liban
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik