Ecoutez Radio Sputnik
    Le président de la République islamique d'Iran Hassan Rouhani

    Rohani à Macron: l'Iran «ne cherche pas à dominer» le Moyen-Orient

    © Sputnik . Aleksey Nikolskyi
    International
    URL courte
    4192

    Lors d’un entretien téléphonique qu’il a récemment eu avec son homologue français et dont le contenu a été rendu public par un communiqué de la présidence iranienne, Hassan Rohani s’est défendu d’être à la tête d’un pays expansionniste et a appelé la France à jouer un rôle plus constructif et impartial dans la région.

    Répondant à Emmanuel Macron qui a déclaré vendredi que la France souhaitait que «l'Iran ait une stratégie moins agressive» et que soit clarifiée «sa politique balistique qui apparaît comme non maîtrisée», Hassan Rohani a appelé la France à avoir une position plus équilibrée dans la région. L'Iran «ne cherche pas à dominer» le Moyen-Orient, a déclaré le président iranien, rejetant ainsi les propos du Président français.

    «Nous sommes présents en Irak et en Syrie à l'invitation des gouvernements de ces pays pour lutter contre le terrorisme (…). L'Iran ne cherche pas à dominer (…) la région», a affirmé M. Rohani dans un entretien téléphonique avec son homologue français, dont le contenu a été rendu public par un communiqué de la présidence iranienne.

    «Notre objectif est d'œuvrer pour la paix et la sécurité et d'éviter le démembrement des pays de la région», a assuré le président iranien. «Après Daech, il faut aussi lutter contre les autres groupes terroristes», a-t-il ajouté.

    «La France, en préservant son indépendance d'esprit et la place qu'elle a dans la région, peut avoir un rôle constructif en faisant preuve de réalisme et d'impartialité», a ajouté M. Rohani alors que Paris tente de se poser en médiateur des crises et conflits qui secouent le Moyen-Orient.

    Cet entretien téléphonique a été l'occasion pour Hassan Rohani d'aborder avec Emmanuel Macron la question de la crise politique au Liban et de la situation au Yémen. Le président iranien a défendu le Hezbollah en rappelant que c'est un mouvement national libanais très populaire dans son pays et que l'armement dont il dispose est strictement défensif et destiné à défendre le Liban d'éventuelles agressions étrangères. Hassan Rohani a également évoqué la situation humanitaire inquiétante qui règne au Yémen à cause de l'embargo et l'intervention militaire saoudienne.
    Le 16 novembre, la veille des déclarations faites par Emmanuel Macron, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian en visite à Riyad avait critiqué ce qu'il avait qualifié de "tentations hégémoniques" de Téhéran au Moyen-Orient.

    Lire aussi:

    Un «nouveau» véhicule de la police française filmé de l'intérieur... son état se passe de mots (vidéo)
    L'Iran promet de ne pas se rendre même sous les bombes
    La France veut déployer un système de défense antiaérienne en Turquie en plein conflit autour des S-400
    Tags:
    politique balistique, Emmanuel Macron, Hassan Rohani, Irak, France, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik