International
URL courte
4192
S'abonner

Lors d’un entretien téléphonique qu’il a récemment eu avec son homologue français et dont le contenu a été rendu public par un communiqué de la présidence iranienne, Hassan Rohani s’est défendu d’être à la tête d’un pays expansionniste et a appelé la France à jouer un rôle plus constructif et impartial dans la région.

Répondant à Emmanuel Macron qui a déclaré vendredi que la France souhaitait que «l'Iran ait une stratégie moins agressive» et que soit clarifiée «sa politique balistique qui apparaît comme non maîtrisée», Hassan Rohani a appelé la France à avoir une position plus équilibrée dans la région. L'Iran «ne cherche pas à dominer» le Moyen-Orient, a déclaré le président iranien, rejetant ainsi les propos du Président français.

«Nous sommes présents en Irak et en Syrie à l'invitation des gouvernements de ces pays pour lutter contre le terrorisme (…). L'Iran ne cherche pas à dominer (…) la région», a affirmé M. Rohani dans un entretien téléphonique avec son homologue français, dont le contenu a été rendu public par un communiqué de la présidence iranienne.

«Notre objectif est d'œuvrer pour la paix et la sécurité et d'éviter le démembrement des pays de la région», a assuré le président iranien. «Après Daech, il faut aussi lutter contre les autres groupes terroristes», a-t-il ajouté.

«La France, en préservant son indépendance d'esprit et la place qu'elle a dans la région, peut avoir un rôle constructif en faisant preuve de réalisme et d'impartialité», a ajouté M. Rohani alors que Paris tente de se poser en médiateur des crises et conflits qui secouent le Moyen-Orient.

Cet entretien téléphonique a été l'occasion pour Hassan Rohani d'aborder avec Emmanuel Macron la question de la crise politique au Liban et de la situation au Yémen. Le président iranien a défendu le Hezbollah en rappelant que c'est un mouvement national libanais très populaire dans son pays et que l'armement dont il dispose est strictement défensif et destiné à défendre le Liban d'éventuelles agressions étrangères. Hassan Rohani a également évoqué la situation humanitaire inquiétante qui règne au Yémen à cause de l'embargo et l'intervention militaire saoudienne.
Le 16 novembre, la veille des déclarations faites par Emmanuel Macron, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian en visite à Riyad avait critiqué ce qu'il avait qualifié de "tentations hégémoniques" de Téhéran au Moyen-Orient.

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
Tags:
politique balistique, Emmanuel Macron, Hassan Rohani, Irak, France, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook