Ecoutez Radio Sputnik
    Hassan Rouhani

    Hassan Rohani donne son avis sur la présence de forces militaires étrangères en Syrie

    © Sputnik. Aleksey Nikolskyi
    International
    URL courte
    Évolution de la situation en Syrie (novembre-décembre 2017) (37)
    6460

    La présence de forces militaires étrangères sur le sol syrien sans l’autorisation du gouvernement n’est pas justifiée, a annoncé Hassan Rohani lors de l’entrevue avec Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, à Sotchi.

    Selon le Président iranien, il n'existe aucun motif valable pour approuver la présence de troupes en Syrie sans l'accord de Damas, a souligné le chef du gouvernement iranien durant la rencontre avec les Présidents russe et turc ce mercredi, à Sotchi.

    «Il n'y a aucune raison pour la présence de forces militaires étrangères en Syrie sans la permission du gouvernement légitime de ce pays.»

    Vladimir Poutine réunit mercredi les Présidents turc Recep Tayyip Erdogan et iranien Hassan Rohani pour «œuvrer au règlement à long terme du conflit» syrien, à quelques jours de la reprise des pourparlers à Genève.

    La Russie, l'Iran, et la Turquie sont les parrains du processus d'Astana, la capitale kazakhe, qui a permis la mise en place de quatre zones de désescalade sur le territoire syrien.

    Ces mesures ont permis de calmer la tension sur le terrain et de réunir autour d'une même table les représentants des autorités et de l'opposition pour parler des questions militaires, tandis que les pourparlers politiques de Genève étaient au point mort. Moscou veut désormais trouver un relais politique à ce processus.

    Dossier:
    Évolution de la situation en Syrie (novembre-décembre 2017) (37)

    Lire aussi:

    Poutine expose un modèle pour préparer l'après-conflit en Syrie
    Moscou, Ankara et Téhéran «ont mis en place une véritable coalition antiterroriste»
    «Cesser l’effusion de sang» en Syrie, intérêt principal du sommet à Sotchi, selon Erdogan
    Tags:
    troupes, Hassan Rohani, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Iran, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik