International
URL courte
Libye après la mort de Mouammar Kadhafi (177)
1149
S'abonner

Le scandale provoqué par la traite des esclaves en Libye prend de plus en plus d’ampleur. Pris de court par une vidéo de CNN montrant une vente aux enchères de migrants africains tentant d'atteindre l'Europe, Tripoli s’est empressé d’ouvrir une enquête. Sputnik s’en est entretenu avec un militant libyen.

La traite des esclaves en Libye n'est pas une nouvelle en soi, mais à présent, la chaîne CNN a réussi à filmer de l'intérieur un camp de réfugiés, a déclaré à Sputnik Nasser al Hawari, directeur de l'Observatoire libyen des droits de l'homme.

«Certains trafiquants d'êtres humains en Libye contrôlent parallèlement les groupes qui répondent de la sécurité dans la capitale libyenne, Tripoli. Ce sont des formations bien armées qui se sentent très bien dans le pays», a raconté l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que le gouvernement libyen d'union nationale (GNA, dirigé par Fayez el-Sarraj), en place depuis mars 2016, ne pouvait pas y faire grand-chose, puisqu'il ne détenait pas le pouvoir réel dans le pays.

«Ce gouvernement n'est pas à même de contraindre ces groupes de déposer les armes et de quitter la ville. Seule l'Armée nationale libyenne qui est l'unique force légitime sur le territoire de la Libye est en état de réaliser cette opération. Pourtant, les relations entre les autorités de l'est et de l'ouest du pays restent tendues», a constaté M.Hawari.

La chaîne CNN a diffusé récemment une vidéo d'une vente aux enchères en Libye de migrants illégaux tentant d'atteindre l'Europe. Un migrant a été acheté contre 400 dollars environ, de toute évidence pour l'utiliser dans une ferme agricole. Les médias rappellent que la Libye, en proie à l'instabilité politique, est un point de transbordement pour les migrants illégaux qui tentent de partir pour l'Europe dans l'espoir d'une vie meilleure. Nombre d'entre eux deviennent victimes d'abus de la part des passeurs.

La Libye est plongée dans le chaos depuis le meurtre du dirigeant du pays, Mouammar Kadhafi, en 2011. Deux autorités se disputent le pouvoir. Le Gouvernement d'union nationale, dirigé par Fayez el-Sarraj et qui siège à Tripoli, tandis que le parlement de Tobrouk, dans l'est du pays, dirigé par Aguila Salah Issa, est soutenu par l'Armée nationale libyenne du maréchal Khalifa Haftar.

Dossier:
Libye après la mort de Mouammar Kadhafi (177)

Lire aussi:

«Vivre le naufrage»: Michel Onfray prédit le déclin de la société française
«Je commence à vraiment comprendre les Français»: agacé, Laurent Delahousse recadre Schiappa et Faure - vidéo
Des bandes de banlieue profitent de soirées «Projet X» à Paris pour tabasser et racketter les fêtards – vidéo choc
La Chine annonce la découverte de deux gigantesques gisements de pétrole et de gaz
Tags:
migrants, esclavage, traite des êtres humains, CNN, Observatoire libyen des droits de l'homme, Armée nationale libyenne (ANL), Sputnik, gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Aguila Salah Issa, Khalifa Haftar, Fayez el-Sarraj, Mouammar Kadhafi, Nasser al Hawari, Tobrouk, Europe, Tripoli (Libye), Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook