International
URL courte
12142
S'abonner

La lutte anticorruption porte ses fruits en Arabie saoudite: 95% des personnes mises en examen dans le cadre de l’affaire de corruption seraient prêtes à restituer au Trésor l’argent demandé, après avoir pris connaissance de leur dossier.

La quasi-totalité des représentants de l'élite saoudienne mise en examen dans le cadre de la lutte anticorruption a préféré un règlement extrajudiciaire, a annoncé le prince héritier Mohammed ben Salmane dans un entretien au New York Times.

Le chef de file de la lutte anticorruption a fait savoir que 95% d'entre eux y ont consenti après avoir pris connaissance de leur dossier.

«Environ 1% sont en mesure de prouver qu'ils sont innocents et leur dossier a été classé. Environ 4% disent qu'ils ne sont pas corrompus et veulent le prouver au tribunal avec leurs avocats», a-t-il ajouté.

Mohammed ben Salmane a signalé que dans le cadre du règlement extrajudiciaire, le Trésor pourrait récupérer quelque 100 milliards de dollars, ce qui équivaut à peu près au montant du préjudice.

Le 5 novembre, le Comité supérieur anticorruption dirigé par le prince héritier Mohammed ben Salmane a décrété l'arrestation d'une quarantaine de Saoudiens influents, dont des membres de la famille royale, des ministres, des militaires et des hommes d'affaire.

Selon le procureur général d'Arabie saoudite, Saoud Al Mojeb. à la suite de malversions des fonds publics, l'Arabie Saoudite aurait perdu 100 milliards de dollars. Les autorités ont souligné que les noms et d'autres données personnelles des suspects ne seraient pas dévoilés.

Lire aussi:

Pandémie, en continu: le PIB devrait s'effondrer de près de 10% au 2e trimestre en Allemagne
La visite d’Emmanuel Macron en Seine-Saint-Denis provoque des attroupements en plein confinement – vidéo
Un pont s'effondre en Italie au moment du passage d'une camionnette - vidéo
Tags:
Mohammed ben Salmane Al-Saoud, lutte contre la corruption, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook