Ecoutez Radio Sputnik
    La réunion tripartite des Présidents russe, turc et iranien sur l'avenir de la Syrie qui s’est tenue mercredi à Sotchi

    Erdogan n’exclut pas des contacts avec Assad

    © Sputnik. Mikhail Metzel
    International
    URL courte
    8322

    Le président turc, ennemi juré des unités kurdes de protection du peuple considérées comme terroristes, assure que seuls la Turquie, la Russie et l’Iran décideront de qui participera au Congrès sur le dialogue national en Syrie.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan n'exclut pas la possibilité de futurs contacts avec Bachar el-Assad pour contrer les unités kurdes de protection du peuple (YPG), qualifiées de terroristes par Ankara.

    «Tout peut arriver demain, tout dépend des circonstances, il est inopportun de dire "jamais", les portes de la politique sont toujours ouvertes jusqu'au dernier moment», a déclaré M. Erdogan, cité par le journal Hurriyet à l'issue du sommet sur la Syrie à Sotchi.

    Il a précisé que pour le moment, la Turquie n'avait initié aucun contact avec la Syrie, y compris par le biais d'intermédiaires, ajoutant que Vladimir Poutine tenait compte de la sensibilité du problème des YPG pour Ankara.

    «Il a noté qu'Assad ne voulait pas la participation des YPG aux négociations. Ce n'est pas étonnant», a relevé le dirigeant turc.

    Selon lui, le sommet de Sotchi a permis de discuter de la tenue du Congrès sur le dialogue national en Syrie.

    «Ce sont nos trois pays qui vont décider de qui inviter au Congrès. Les commissions créées par nos ministères des Affaires étrangères tiendront à l'avance des consultations indispensables. Nous prévoyons que tous les groupes en Syrie seront invités», a fait savoir M. Erdogan, signalant que la position ferme de la Turquie sur les «organisations terroristes comme les YPG et le PYD (parti kurde syrien de l'union démocratique)» restait invariable.

    Il a indiqué que le congrès poursuivrait deux objectifs: la rédaction d'une nouvelle Constitution et la tenue d'«élections transparentes et équitables» en Syrie.

    Mercredi 22 novembre, les présidents russe, iranien et turc, respectivement Vladimir Poutine, Hassan Rohani et Recep Tayyip Erdogan, réunis à Sotchi, ont adopté une déclaration appelant à poursuivre la désescalade en Syrie engagée dans le cadre des négociations d'Astana, ont confirmé la poursuite de la coopération au nom de la victoire définitive sur les terroristes et ont soutenu un large dialogue inter syrien.

    Lire aussi:

    Mensonge et soutien au terrorisme: Erdogan s’en prend à Obama
    Les Kurdes syriens n’excluent pas un conflit ouvert avec la Turquie
    La Turquie frappe des positions kurdes en Syrie et en Irak, des morts
    Tags:
    sommet, Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, Unités de protection populaire kurdes (YPG), Hassan Rohani, Bachar el-Assad, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Sotchi
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik