Ecoutez Radio Sputnik
    Une base militaire russe au Soudan: les pours et les contres

    Une base militaire russe au Soudan: les pour et les contre

    © Sputnik . George Zhiharev
    International
    URL courte
    23805

    La Russie n’a pas besoin d’une base militaire permanente au Soudan car elle a d’autres priorités stratégiques, a expliqué à Sputnik un expert militaire russe.

    Une base militaire russe à part entière au Soudan n'est pas appropriée du point de vue militaire, a déclaré lors d'une interview à Sputnik le rédacteur en chef de la revue Arsenal de la patrie, le colonel Viktor Mourakhovsky.

    «Nous avions eu une base à l'époque soviétique dans cette région. Je ne suis pas sûr qu'elle soit nécessaire actuellement. Nous avons plutôt besoin de quelque chose comme une installation navale pour que nos navires puissent changer les équipages, se réapprovisionner, en premier lieu, en nourriture, eau et carburant. Ce serait intéressant pour nous», a-t-il déclaré.

    Selon M.Mourakhovsky, une base permanente au Soudan telle que Hmeimim et Tartous en Syrie n'est pas nécessaire actuellement.

    «Nous n'avons pas d'escadre permanente dans cette région comme dans la partie orientale de la mer Méditerranée. Il faut regarder la réalité en face. Pour recréer l'escadre dans l'océan Indien, nous devons avoir assez de navires de première et de seconde classe. Il faut regarder, tout d'abord, du point de vue militaire», a-t-il ajouté.

    Une base au Soudan pourrait être utilisée, principalement, pour montrer la présence de la Russie dans la région et pour lutter contre la piraterie.

    «Et si vous voulez résoudre des problèmes opérationnels dans le cadre d'un conflit à grande échelle, cela veut dire que les [navires, ndlr] seront abandonnés à la mort. À mon avis, il est nécessaire de mettre en œuvre le programme de construction navale pour que nous ayons une nouvelle génération de destroyers, de frégates et de navires de combat», estime M.Murahovsky.

    En ce qui concerne une base aérienne au Soudan, Moscou n'en a pas besoin, selon le spécialiste. Un accord permettant d'utiliser des avions de renseignement serait suffisant. Ce régime de contrôle permanent des zones maritimes dans la région nous aiderait beaucoup.

    «Maintenant, il est plus approprié de développer la base aérienne de Hmeimim et l'installation navale russe à Tartous, en Syrie, pour ne pas gaspiller de ressources», a conclu M.Mourakhovsky.

    Auparavant, le Président soudanais Omar el-Béchir était en visite en Russie pour rencontrer Vladimir Poutine. Lors des négociations à Sotchi, les deux chefs d'État et le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, ont évoqué la possibilité d'installer une base militaire au Soudan. Omar el-Béchir a déclaré que la séparation du Soudan du Sud en 2011 avait été le résultat de la politique des États-Unis et que Khartoum avait besoin d'être protégé des actions agressives de Washington.

    Tags:
    base aérienne, expert, président, marine, armée, Omar el-Béchir, Vladimir Poutine, Hmeimim, océan Indien, Tartous, Khartoum, Méditerranée, Sotchi, Soudan, Moscou, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik