Ecoutez Radio Sputnik
    Un régime

    Écologie, habitudes, régime: de quoi la santé humaine dépend-elle le plus?

    © Photo. Pixabay / RyanMcGuire
    International
    URL courte
    2132

    Ce sont les habitudes d’une personne qui affectent le plus son état de santé, a déclaré à Sputnik la ministre russe de la Santé, mentionnant en outre l’écologie et l’ensemble du système de santé du pays.

    Notre santé dépend à 60% de nos habitudes, a révélé la ministre russe de la Santé Veronika Skvortsova.

    «60% de la qualité de la santé et de l'espérance de vie dépend du comportement de la personne, du mode de vie qu'elle mène», a-t-elle commenté.

    Selon Mme Skvortsova, les problèmes de santé sont provoqués par un certain nombre de facteurs, y compris le tabagisme, l'abus d'alcool, la malnutrition, ainsi qu'un mode de vie passif. Toujours selon la ministre russe, ces facteurs contribuent au développement rapide des maladies, et ce, même si du point de vue génétique la santé de la personne est bonne.

    Selon elle, la santé humaine est également affectée par l'écologie (10-15%), ainsi que par l'ensemble du système de santé, en fonction du développement du pays (de 25% à 40%).

    «Par conséquent, notre tâche est de motiver chacun à prendre soin de sa santé ainsi que celle de ses proches. C'est un travail difficile. Parce que les processus les plus lents sont les processus qui se déroulent dans le cerveau humain, tels que la formation d'une mentalité adéquate», a conclu la ministre.

    Samedi, Sputnik a enquêté sur les dangers qui se cachent dans cinq aliments consommés quotidiennement

    Lire aussi:

    Un incident entre un avion américain et un Su-30 vénézuélien au-dessus des Caraïbes – vidéos
    «En fermant le marché américain à Huawei, Trump a ouvert des possibilités d’investissements chinois accrus en Europe»
    Vidéo de cockpit du crash d’un Boeing dans un lagon en Micronésie
    Tags:
    habitude, santé, Veronika Skvortsova, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik