Ecoutez Radio Sputnik
    Un manifestant battu par des policiers à Islamabad

    Le Pakistan en proie à des troubles, des écoles et des universités seront fermées

    © AP Photo / Anjum Naveed
    International
    URL courte
    384

    Conséquences des manifestations qui ont embrasé le pays pour exiger la démission du ministre pakistanais de la Justice, les écoles et universités de la province pakistanaise du Pendjab seront fermées au début de la semaine.

    Les établissements d'enseignement scolaire et universitaire du Pendjab (province de l'est du Pakistan) n'ouvriront pas leurs portes au début de la semaine prochaine à cause des manifestations qui se poursuivent dans le pays, a annoncé dimanche la chaîne de télévision pakistanaise Geo TV qui se réfère au secrétaire à l'Éducation du Pendjab, Ahmed Khan.

    Selon Ahmed Khan, les écoles et universités, aussi bien publiques que privées, seront fermées lundi et mardi du fait des manifestations qui ont paralysé les plus grandes villes du pays.

    «Si la situation ne s'améliore pas, les établissements d'enseignement resteront fermés», a-t-il indiqué.

    Ce qui a dégénéré en manifestations et crise politique avait débuté comme un sit-in d'activistes religieux à Islamabad. Des meetings spontanés pour les soutenir ont eu lieu dans les principales villes du pays, y compris Lahore, Karachi et Quetta. Les heurts entre manifestants et policiers ont fait 4 morts et environ 250 blessés de part et d'autre.

    Les manifestants réclament la démission du ministre pakistanais de la Justice, Zahid Hamid, qu'ils accusent de blasphème.

    Lire aussi:

    Trump pousse le Pakistan à s'allier avec Pékin et Moscou
    «Jour de rage» à Jérusalem: des heurts éclatent entre police et manifestants (vidéo)
    Au moins sept morts dans un attentat à la bombe à Lahore, au Pakistan
    Tags:
    blasphème, ministre, meeting, émeutes, manifestation, Geo TV, Zahid Hamid, Islamabad, Quetta, Karachi, Lahore, Pendjab, Pakistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik