Ecoutez Radio Sputnik
    Union européenne

    Sondage: une élite pro-américaine dans une Europe des peuples pro-russes?

    © Photo. Offizielle Webseite EU
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    35914

    Alors que les relations entre Paris et Moscou se détériorent encore après l’arrestation d’un sénateur russe à Nice dans la nuit du 20 au 21 novembre, un sondage IFOP pour Sputnik montre qu’une large majorité des Européens est favorable à un rapprochement entre l’Union européenne et la Russie.

    «Trop de gens, dans les pays occidentaux, ont intérêt à mettre la Russie dans le camp des menaces pour des raisons politiques», ce qui explique la «distance entre les populations des pays occidentaux et leurs dirigeants»,

    souvent alignés sur la politique américaine, analyse Denys Pluvinage, partenaire de l'association Dialogue franco-russe et auteur de Le siècle Russie?: Témoignages et réflexions (Éd. Apopsix). Une distance, quelle distance? Celle que révèle un sondage IFOP pour Sputnik, qui révèle que, contrairement à leurs décideurs politiques, les opinions publiques allemande, anglaise, française et polonaise se prononcent à une large majorité en faveur d'un rapprochement entre l'Union européenne et la Russie.

    Le Royaume-Uni est le pays le plus russo-sceptique, ce qui n'empêche pas une majorité de Britanniques (68%) d'aspirer à de meilleurs rapports entre le Kremlin et les institutions européennes.

    En France, plus des trois quarts de la population considère que la relation entre Bruxelles et Moscou n'est pas satisfaisante et devrait être améliorée. En Allemagne et en Pologne, ce chiffre dépasse les 80% de la population appelant de leurs vœux à une normalisation des relations après plus de trois ans de crise.

    À l'inverse, la part de la population ne souhaitant pas d'amélioration significative est faible dans tous les pays et se situe autour de 10%. La Russie est donc vue au pire comme un mal nécessaire avec lequel il faut composer et négocier.

    Il est à noter qu'au Royaume-Uni, près d'une personne sur cinq (18%) ne se prononce pas. Ceci peut s'expliquer par le fait que la question concerne un rapprochement avec la Russie dans le cadre de l'Union européenne, que Londres s'apprête à quitter.

    Les Polonais et les Allemands se prononçant le plus en faveur d'un rapprochement avec la Russie sont des sympathisants des partis de gauche (plus de 90%) tandis qu'en France, ce sont les partisans des Républicains (85%), suivis, fait étonnant, de ceux de LREM (La République en Marche) et du Modem (83%) qui plébiscitent le plus un rapprochement de l'Union européenne avec la Russie.

    Ces chiffres s'expliquent, malgré les propos d'Emmanuel Macron sur la Russie, par le fait

    «qu'il n'est pas vu, par ses sympathisants, comme virulent à l'égard de la Russie. […] Ils ne tiennent pas compte de ses déclarations ultérieures [à la réception de Vladimir Poutine à Versailles]», analyse Denys Pluvinage.

    L'image de la Russie auprès des populations européennes s'est améliorée au cours des dernières années. Cette amélioration n'a cependant pas entraîné de changement de ligne politique pour plusieurs raisons, parmi lesquelles le député évoque «l'inertie naturelle des hommes politiques, l'influence des États-Unis» ou encore, selon Denys Pluvinage,

    «le fait que la Russie fasse peur aux pays occidentaux, non pas comme un agresseur potentiel […], mais parce que la Russie offre une alternative de société très crédible.»

    Lire aussi:

    Téhéran estime que Washington a abattu l'un de ses propres drones par erreur
    Donald Trump: la Marine US a abattu un drone iranien dans le détroit d'Ormuz
    Un avion fait un amerrissage d’urgence devant des vacanciers abasourdis aux USA – vidéo
    Tags:
    relations, opinion publique, sondage, Ifop, Union européenne (UE), Europe, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik