Ecoutez Radio Sputnik
    Raqqa

    Les USA cherchent à «dissimuler les lourdes conséquences de leur opération à Raqqa»

    © AP Photo / Aamaq News Agency
    International
    URL courte
    Évolution de la situation en Syrie (novembre-décembre 2017) (43)
    197012

    Les pays de la coalition occidentale emmenée par les États-Unis tentent de faire oublier les traces de l'opération de libération de Raqqa, a annoncé Vassili Nebenzya, représentant permanent de Russie auprès de l'Onu.

    Les États-Unis cherchent à dissimuler les conséquences de l'opération menée par la coalition anti-Daech dans la ville syrienne de Raqqa, a déclaré ce mercredi le représentant permanent de Russie auprès de l'Onu, Vassili Nebenzya.

    «La situation humanitaire à Raqqa, provoquée avant tout par les actions de force non sélectives de la coalition, est extrêmement préoccupante. Actuellement, les États-Unis et leurs principaux alliés prennent des mesures, y compris dans l'espace médiatique, pour dissimuler les lourdes conséquences de leur opération militaire», a-t-il souligné.

    La situation dans la zone de désescalade du sud-ouest du pays reste inquiétante

    Et d'ajouter que, contrôlée par les États-Unis, la zone de désescalade du sud-ouest du pays s'était transformée en un «trou noir» où les terroristes circulaient librement.

    «La situation humanitaire dans le camp de Rokban, à la frontière avec la Jordanie, ne peut que susciter l'inquiétude. Les autorités syriennes n'y ont pas accès», a-t-il déclaré, intervenant au Conseil de sécurité de l'Onu.

    «C'est une zone contrôlée par les militaires américains, qu'il ont installée de leur propre chef auprès de la base d'At-Tanf. Depuis, elle s'est transformée en un trou noir où les terroristes circulent librement», a-t-il fait remarquer.

    Dossier:
    Évolution de la situation en Syrie (novembre-décembre 2017) (43)

    Lire aussi:

    Trump menace d'«effacer» l'Iran en cas d'attaque contre les USA
    Une explosion se serait produite dans une raffinerie en Espagne (images)
    «Julian Assange est torturé, notre crainte est qu’il meure en prison»
    Tags:
    zone de désescalade, terrorisme, Daech, coalition anti-Daech, Al-Tanf, Raqqa, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik