International
URL courte
8117
S'abonner

La justice allemande s'est prononcée pour l'incarcération de l'ancien nazi, aujourd'hui âgé de 96 ans, condamné en 2015 à 4 ans de prison ferme pour sa participation au meurtre de 300.000 personnes dans le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau. Il bénéficiait jusqu'alors d'un sursis à l'exécution de sa peine.

Le tribunal de la ville allemande de Celle a décidé d'emprisonner Oskar Gröning, âgé de 96 ans, connu comme le «comptable d'Auschwitz», écrit Der Spiegel.

«Sur la base de l'avis d'experts, la Cour suprême régionale a jugé que le condamné, malgré son âge avancé, devait purger quatre ans de prison», est-il indiqué dans un communiqué publié sur le site de la Cour.

Il est noté que la réclusion ne violera pas les droits de Gröning, car l'ancien SS aura la possibilité de recevoir tous les soins médicaux nécessaires.

En août 2017, le parquet de Hannovre avait rejeté la demande de la défense de Gröning de commuer sa peine de quatre ans de prison en sursis.

En 2015, Oskar Gröning avait été condamné à quatre ans de prison pour «complicité» dans le meurtre de 300.000 juifs. Il avait pendant son procès présenté ses excuses et évoqué une « faute morale».

Plusieurs anciens nazis ont été jugés en Allemagne au cours des dernières années pour des faits similaires, illustrant la sévérité accrue, mais très tardive, de la justice allemande. Environ 1,4 million de personnes, dont 1,1 million de juifs, sont mortes au camp d'Auschwitz-Birkenau entre 1940 et 1945.

Lire aussi:

Voici ce que l’on risque en publiant son QR Code de vaccination sur Internet
Effondrement d'un bâtiment abritant plusieurs médias internationaux à Gaza sous les frappes israéliennes - vidéo
La police fait usage de canons à eau pour disperser la manifestation pro-Palestine interdite à Paris – vidéo
En continu: l’aviation israélienne détruit la maison du numéro deux du bureau politique du Hamas
Tags:
nazis, camp de concentration d'Auschwitz, Oskar Gröning, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook