International
URL courte
11252
S'abonner

Le chef de la diplomatie allemande exhorte l’Europe, et Berlin en particulier, à promouvoir leurs propres intérêts au lieu d’attendre la décision de Washington en matière de politique internationale.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel a appelé à réviser la politique européenne et allemande vis-à-vis des États-Unis et à défendre plus résolument leurs propres intérêts, indique le Süddeutsche Zeitung citant le texte de la prochaine intervention du ministre lors d'un forum prévu ce mardi.

Sous le Président Donald Trump, les États-Unis se sont beaucoup «affaiblis» en tant que puissance créatrice de la politique mondiale, critique M. Gabriel.

«Le "naturel" avec lequel nous percevons — en dépit de désaccords occasionnels — le rôle "protecteur" des États-Unis (…) commence à s'effondrer».

Les États-Unis, pour leur part, commencent déjà à percevoir l'Allemagne différemment, à voir en elle «un partenaire parmi d'autres», et donc «un concurrent», selon le ministre.

Il appelle l'Allemagne à défendre plus résolument ses intérêts: «Nous devons décrire nos propres positions et, si nécessaire, tracer des lignes rouges — entre partenaires, mais en fonction de nos propres intérêts.»

En qualité d'exemple, le ministre cite les sanctions antirusses visant les pipelines [et notamment le gazoduc Nord Stream 2] adoptées cet été par le Congrès américain et qui risquent d'influer sur le secteur énergétique allemand. Il a en outre mis en garde contre la rupture de l'accord nucléaire avec l'Iran. «En tout cas, l'Allemagne ne peut pas se permettre d'attendre la décision de Washington pour tout simplement y réagir», écrit M. Gabriel.

Lire aussi:

Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Tags:
Sigmar Gabriel, Allemagne, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook