Ecoutez Radio Sputnik
    Comité international olympique (CIO)

    JO 2018: entre la théorie du complot et le mea culpa russe, quels changements?

    © Sputnik. Anton Denisov
    International
    URL courte
    Gaëlle Nicolle
    16331

    Mardi soir, le CIO a suspendu la Russie des jeux Olympiques d’hiver 2018 pour dopage institutionnalisé. Si Moscou nie toujours l’existence d’un programme de dopage organisé et d’une manipulation des échantillons de Sotchi, elle adopte aujourd’hui une attitude plus mesurée. Avec quelles conséquences pour les athlètes et le sport russe en général?

    Le complot, un sport de haut niveau. Alors que Vladimir Poutine a officiellement annoncé aujourd'hui sa candidature aux élections présidentielles de 2018, le Kremlin semble mettre de l'eau dans sa vodka concernant l'épileptique dossier des Jeux olympiques: «Il ne faut pas céder aux émotions», mais «analyser avec attention» la décision du Comité international olympique (CIO), a déclaré mercredi Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, au lendemain de l'annonce du verdict interdisant la participation de la Russie aux JO. Quelque temps avant l'annonce de ce prévisible couperet, qualifié d'«humiliation pour la Russie», le président-candidat Vladimir Poutine dénonçait un complot occidental, dans le but de nuire à sa probable réélection: «En représailles à notre ingérence imaginaire dans leur élection (les États-Unis) veulent créer des problèmes pendant l'élection présidentielle russe».

    La sanction est lourde et la Russie écope de plus d'une amende d'un montant de 15 millions de dollars, qui remboursera les frais engagés par le CIO et financera la future Autorité indépendante de contrôle. Même si le CIO ouvre la porte aux sportifs «propres», qui seront autorisés à concourir sous drapeau neutre, le verdict ne fait pas l'unanimité dans la communauté scientifique:

    «À titre personnel, j'ai toujours milité pour la sanction individuelle. Donc la décision me semble injuste»,

    estime Pierre Sallet, docteur en physiologie et président d'Athletes for Transparency, association promouvant l'intégrité dans le sport. Pour le scientifique, il faut privilégier les sanctions individuelles et revoir le système:

    «C'est comme si vous aviez une entreprise et que vous demandez au comptable si tous les comptes sont clean. Il ne va pas vous dire oui ou non. Dans l'antidopage, quand vous avez des JO organisés dans un pays, depuis longtemps on dit qu'il faudrait que ce pays n'ait aucune maîtrise sur le processus de la lutte antidopage.»

    Et de conclure: «Si aux prochains JO en Corée vous avez des gens de toutes nationalités qui gèrent l'ensemble de la chaîne de contrôle, sauf des Coréens, et bien globalement se sera plus complexe pour détourner le système».
    Malgré le séisme de l'annonce, il y avait quelque chose de prévisible. Au cœur d'un scandale depuis la publication du rapport McLaren en juillet 2016, la Russie est soupçonnée d'avoir instauré un système de dopage institutionnalisé dans le sport russe, avec la participation des services secrets nationaux, notamment pendant les JO d'hiver 2014 organisés sur son propre sol, à Sotchi. Certains athlètes russes avaient déjà été privés des jeux de Rio 2016, ou contraints de concourir sous bannière neutre lors des Mondiaux d'Athlétisme cet été à Londres.

    «Si on regarde le rapport Mac Laren et les conclusions Oswald et Schmidt, il y a des faits impossibles à nier et on est face à un dopage institutionnalisé», estime pour sa part le journaliste Jean-Baptiste Guegan, expert en géopolitique du sport, avant de relativiser:

    « Là où la décision du CIO est intéressante, c'est qu'elle permet aux athlètes qui peuvent prouver qu'ils sont propres de participer. En clair, c'est une sanction collective, mais qui ménage le droit individuel à la justice. Ça aurait pu être pire, sans athlètes russes du tout».

    De l'aveu du président russe, le système russe de prévention de l'abus de médicaments qui améliore la performance des athlètes «n'a pas marché». En 2015 déjà, à Sotchi, il assurait: «Nous devons tout faire en Russie pour nous débarrasser du dopage», ajoutant: «En même temps, si nous arrivons à la conclusion que quelqu'un doit être responsable [du dopage], la responsabilité doit être personnifiée. C'est une règle générale. La responsabilité doit toujours être personnelle». Une règle «générale», ou même simplement scientifique, d'après Pierre Sallet:

    «Par rapport à ce qui se passe avec la Russie, on oublie les règles scientifiques et on établit des règles juridiques. Et au final, on oublie les athlètes».

    Mais le fond du problème va sans doute bien au delà du dopage, estime Pierre Sallet:

    «Le problème [du dopage] n'est pas un problème spécifique à la Russie ou au sport de haut niveau. On sait très bien qu'il y a une hypermédicalisation. Pour faire simple: avant d'aller vers des substances sur des listes interdites, il y a un tas de substances avec des effets qui améliorent la performance et qui ne se trouvent pas sur les listes.»

    Un nouveau laboratoire devrait être construit au sein de l'Université de Moscou. La Russie est en train de «de créer un nouveau système de lutte antidopage». «Nous allons transférer ce système du ministère des Sports à une organisation indépendante, comme cela a été fait dans beaucoup de pays». La sanction du CIO permettra-t-elle un assainissement effectif du monde russe du sport?

    «C'est une vraie question. On voit Jukov à la tête du comité olympique russe qui a reconnu et qui s'est excusé, au nom de la Russie, sur la question. On peut imaginer qu'on va avoir une remise en ordre du système russe, qui avait déjà plus ou moins commencé. […] Après, est-ce que politiquement, on va pouvoir conserver des gens comme Vitali Mutko à la tête de la Fédération, sachant qu'il a une vraie part de responsabilité dans le système en place? La question est, de fait, politique.» 

    Lire aussi:

    Insuffisance de preuves: l’AMA blanchit 95 sportifs russes
    Dopage aux JO de Sotchi: «Sanctionner toute la Russie est inapproprié»
    Le CIO annonce sa décision sur la participation de la Russie aux JO 2018
    Tags:
    suspension, Comité international olympique (CIO), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik