International
URL courte
1182
S'abonner

Le tribunal fédéral de Saxe n'a rien vu de criminel dans la fabrication et la vente de mini-potences pour Angela Merkel et pour Sigmar Gabriel, selon un site allemand d'information.

Le tribunal fédéral de Saxe a autorisé la vente de mini-potences avec des écriteaux portant les noms de la chancelière allemande Angela Merkel et de son ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel, annonce le site Zeit Online.

Dans son verdict le tribunal a indiqué que ce genre d'articles «n'était pas un appel public à perpétrer un crime pénal». Le tribunal a également précisé que d'un point de vue objectif, la fabrication et la vente de ces articles pouvait être prise comme «un souhait symbolique de mort politique».

Le verdict a également souligné que cette affaire était unique et qu'à l'avenir chaque cas semblable devait être examiné individuellement, car il pouvait contenir des indices de crime pénal.

L'édition Berliner Kurier rappelle que pour la première fois, ces articles sont apparus lors des manifestations organisées en 2015 à Dresde par le mouvement anti-islamiste Pedida. Sur les écriteaux pendus aux mini-potences, il était écrit «réservé pour Angela» et «réservé pour Sigmar».

Actuellement, ce genre de «souvenir» est vendu 15 euros pièce.

Lire aussi:

Voici pourquoi il vaut mieux poser votre smartphone l'écran vers le bas
Arrêtés en possession d’armes, deux agents de la DGSE mis en examen à Paris pour un projet de meurtre
Défense russe: al-Nosra a tenté de percer des positions syriennes, des pertes parmi les militaires
Tags:
Pegida (mouvement), Sigmar Gabriel, Angela Merkel, Saxe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook