Ecoutez Radio Sputnik
    Forces d'autodéfense kurdes en Syrie (YPG)

    La stratégie US au Proche-Orient décrite par l’ancien chef du renseignement militaire turc

    © REUTERS/ Rodi Said
    International
    URL courte
    10215

    Donald Trump a déclaré que les livraisons d’armes aux milices kurdes YPG dans le nord de la Syrie cesseraient avec la liquidation de Daech, mais il n’en est rien, et les bases militaires américaines y deviennent même plus nombreuses. Soucieuse de son intégrité territoriale, la Turquie s’en préoccupe. Sputnik s’en est entretenu avec un expert turc.

    Les États-Unis souhaitent que les relations turco-iraniennes et turco-russes se dégradent. Ils s'appliquent en outre à empêcher l'ultérieure coopération de ces pays avec les autorités syriennes, a déclaré à Sputnik Ismail Hakki Pekin, ancien chef du département du renseignement de l'état-major turc.

    «La stratégie américaine au Proche-Orient a pour objectif essentiel de ruiner les relations d'Ankara avec l'Iran et la Russie, tout en empêchant l'ultérieure coopération de ces forces avec les autorités syriennes. Tel est le plan des États-Unis à l'égard de la Turquie», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'expliquer que malgré le fait qu'Ankara était depuis de longues années un allié des États-Unis au sein de l'Otan, les Américains soutenaient les forces représentant une menace pour la Turquie, que ce soit dans le nord de l'Irak ou dans le nord de la Syrie.

    «Tout porte à croire que les États-Unis envisagent de créer dans le nord de la Syrie, sur le territoire s'étendant de l'Euphrate à Deir ez-Zor, une structure d'État fédérale. Ensuite, en mettant à la table des négociations le Parti des travailleurs du Kurdistan [PKK, considéré comme terroriste par Ankara, ndlr] et la Turquie, les Américains veulent obtenir pour le PKK des privilèges en Turquie, en canalisant ainsi le processus de règlement kurde dans un cadre politique», a estimé M.Pekin.

    Et de résumer que les États-Unis s'appliquaient à obtenir la création d'une région autonome du PKK et d'une structure fédérale du Parti de l'union démocratique (PYD) dans le nord de la Syrie.

    «Pour le faire, les Américains font pression sur la Turquie, que ce soit par des leviers économiques ou par des livraisons d'armes aux milices kurdes. L'objectif en est de contraindre la Turquie à faire ce que veulent les États-Unis. Et ils veulent justement l'affaiblissement du contrôle turc en Méditerranée orientale, le retrait de l'armée turque de Chypre et le concours d'Ankara pour contenir la Russie dans les régions des mers Noire et Caspienne. Washington veut aussi le concours de la Turquie pour encercler l'Iran», a poursuivi l'interlocuteur de Sputnik.

    Évoquant les armes livrées par les Américains aux milices kurdes dans le nord de la Syrie, l'expert a relevé que les États-Unis y créaient une armée.

    «Ils peuvent essayer d'utiliser les milices kurdes en tant qu'instrument de lutte contre les autorités syriennes, contre la Turquie et contre l'Iran, tout en lui barrant la sortie vers la Méditerranée», a conclu M.Pekin.

    Lire aussi:

    Mensonge et soutien au terrorisme: Erdogan s’en prend à Obama
    Des obusiers et un char turcs déployés sur la frontière turco-syrienne
    Erdogan est reparti bredouille de Washington
    Tags:
    menaces, intégrité territoriale, Kurdes, armée, livraisons d'armes, négociations, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Unités de protection populaire kurdes (YPG), Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, OTAN, Donald Trump, Ismail Hakki Pekin, Deir ez-Zor, Euphrate, Ankara, Proche-Orient, Turquie, mer Noire, mer Caspienne, Méditerranée, États-Unis, Russie, Iran, Irak, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik