Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Jérusalem: sur fond d’escalade, Trump se vante d’avoir tenu sa promesse électorale

    © REUTERS/ Jonathan Ernst
    International
    URL courte
    Les États-Unis reconnaissent Jérusalem comme capitale d'Israël (51)
    1152

    Alors que le Proche-Orient se trouve au bord d’un nouveau conflit, le chef de la Maison-Blanche s’est félicité sur Twitter d’avoir tenu l’un de ses engagements.

    Deux jours après avoir reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël en dépit des multiples mises en gardes internationales, le Président américain s'est comparé sur Twitter aux précédents occupants de la Maison-Blanche, se félicitant de rester fidèle à ses engagements.

    «J'ai tenu une promesse de ma campagne préélectorale, les autres non», a-t-il tweeté sur son réseau social préféré.

    Le tweet est accompagné d'une vidéo revenant sur les promesses électorales faites par Donald Trump lui-même ainsi que celles de Bill Clinton, George Bush fils et Barack Obama.

    En 1995, le Congrès américain a adopté le Jerusalem Embassy Act, appelant les États-Unis à déménager l'ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, «capitale de l'État d'Israël».

    La loi revêt un caractère contraignant pour le gouvernement américain, mais une clause permet aux Présidents de repousser son application pour six mois. Bill Clinton, George W. Bush et Barack Obama ont systématiquement actionné cette clause.

    La décision du Président américain de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël a déclenché une virulente réaction au Proche-Orient, tout comme au-delà de ses frontières. Turquie, Jordanie, Iran, Irak, Syrie et même Arabie saoudite, le traditionnel allié des États-Unis, ont fustigé cette démarche. La France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Union européenne ont ouvertement regretté la décision de Donald Trump.

    Dans la bande de Gaza, le Hamas a déclaré que le Président des États-Unis avait ouvert «les portes de l'enfer pour les intérêts américains dans la région». Le Hamas, groupe islamiste palestinien, a appelé jeudi à un nouveau soulèvement contre Israël (intifada).

    En outre, peu après cette déclaration, des centaines de Palestiniens sont descendus dans les rues dans la bande de Gaza pour brûler des drapeaux américains et israéliens ainsi que des photos représentant Donald Trump. Des affrontements relativement mineurs ont également éclaté jeudi entre Palestiniens et militaires israéliens à Hébron, en Cisjordanie.

    Dossier:
    Les États-Unis reconnaissent Jérusalem comme capitale d'Israël (51)

    Lire aussi:

    Les députés jordaniens appelés à manifester contre la décision de Trump sur Jérusalem
    Israël déploie des renforts militaires en Cisjordanie après l'annonce de Trump
    Le chef du Hamas appelle à une «nouvelle intifada» après l'annonce de Trump sur Jérusalem
    Tags:
    Donald Trump, Jérusalem, Israël, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik