Ecoutez Radio Sputnik
    la frontière de la bande de Gaza lors des affrontements provoqués par la décision de Donald Trump

    Au moins un Palestinien tué à Gaza par des tirs de l'armée israélienne

    © AFP 2019 SAID KHATIB
    International
    URL courte
    10128

    Des soldats israéliens ont tué vendredi un Palestinien et en ont très grièvement blessé un autre près de la frontière de la bande de Gaza lors des affrontements provoqués par la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, a précisé le ministère gazaoui de la Santé

    Le ministère de la Santé de la bande de Gaza s'est rétracté vendredi après avoir annoncé la mort d'un deuxième Palestinien lors des manifestations organisées contre la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël, écrit l’AFP.

    Le ministère de la Santé a indiqué que l'homme, atteint d'une balle en pleine tête, était toujours en vie, bien que dans un état désespéré. Ashraf al-Qudra, porte-parole du ministère, a expliqué que le jeune Palestinien, dont le cœur avait cessé de battre, avait été déclaré mort mais que les médecins étaient parvenus à le ranimer à l'hôpital.

    Auparavant, le ministère avait annoncé la mort de deux Palestiniens, dont le premier Mahmoud al-Masri, 30 ans, avait été tué à l'est de Khan Younès près de la barrière de sécurité fermant hermétiquement la frontière d'Israël avec la bande de Gaza.

    Un représentant du Croissant rouge palestinien a, quant à lui, indiqué à Sputnik qu'une centaine de personnes avaient été blessées au cours des affrontements entre Palestiniens et soldats israéliens survenus aujourd'hui sur la rive occidentale du Jourdain.

    Lire aussi:

    Acte 19 des Gilets jaunes: une femme âgée blessée sérieusement à Nice (images)
    Sentinelle, drones, LBD… L’acte 19 des Gilets jaunes sous étroite surveillance à Paris
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Tags:
    émeutes, Jérusalem, Israël, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik