International
URL courte
409
S'abonner

L'ancien Président du Yémen Ali Abdallah Saleh, tué lundi par des rebelles houthis, aurait rédigé son testament la veille de sa mort. Il y exprimerait le souhait que le pays ne tombe pas aux mains des «criminels». Le document, dont l'authenticité n'a pas encore été confirmée, a été publié par la chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya.

À en croire la chaîne Al Arabiya, la veille de sa mort, l'ancien président du Yémen Ali Abdallah Saleh aurait couché sur le papier ses dernières volontés pour sa famille et de ses partisans.

«Si vous trouvez ce document, sachez que notre patrie est précieuse et que nous ne pouvons pas la négliger. J'appelle mes enfants et mon peuple à ne pas se soumettre à ces milices criminelles [des Houthis, ndlr.] et à ne pas leur livrer le Yémen républicain. Et soyez le cauchemar qui va les déranger dans leur sommeil. En ce moment, je suis entouré de traîtres qui ont vendu le Yémen à bas prix. Mes salutations à toi, oh grand peuple yéménite. Nous nous retrouverons au paradis», indique le document.

Selon la chaîne, c'est Tariq al-Awadi, frère de Yasser al-Awadi, secrétaire général adjoint du Congrès général du peuple (parti politique au pouvoir) proche de l'ancien Président, qui a reçu cette lettre d'un parent de Saleh dont le nom n'a pas révélé. Le document a ensuite été publié sur Twitter par Sam al-Ghobari, un journaliste yéménite proche du défunt Président.

Les Houthis ont annoncé le lundi 4 décembre avoir tué l'ancien président Ali Abdallah Saleh et ont diffusé sur la chaîne de télévision officielle une vidéo montrant le corps ensanglanté d'une personne ressemblant fortement à l'ex-Président. Un représentant de l'armée yéménite a indiqué à Sputnik que les Houthis surveillaient les déplacements d'Ali Abdallah Saleh depuis le samedi précédent et qu'ils l'avaient tué lors d'un échange de tirs. En outre, les Houthis auraient blessé et fait prisonnier le fils de l'ancien dirigeant

D'allié des Houthis, Saleh était devenu leur adversaire en dénonçant leur volonté de le marginaliser. Il a tendu la main à l'Arabie saoudite, à la tête d'une coalition qui combat les rebelles depuis 2015.

Pendant 30 ans au pouvoir, Saleh a combattu à plusieurs reprises contre des rebelles houthis Ansar Allah. Pourtant, après son retrait à la suite du «printemps arabe» en 2012, il a pris, en 2014, le parti des houthis dans un soulèvement contre le nouveau gouvernement du Président Abd Rabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale. Fidèles à Saleh, les houthis ont participé dans un front uni à la guerre contre les forces gouvernementales et la coalition arabe. Cette coalition, dirigée par l'Arabie saoudite et la plupart des pays du golfe Persique, menait des frappes aériennes contre les Houthis depuis mars 2015.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Les sirènes d’alerte déchirent de nouveau l'air dans la ville israélienne d'Ashkelon
Une pitbull enceinte se lance dans un combat mortel avec un cobra pour sauver ses maîtres – vidéo
Poutine: des militaires russes ont annihilé des groupements terroristes «bien équipés» en Syrie
Tags:
testament, Houthis, Ali Abdallah Saleh, Arabie Saoudite, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook