Ecoutez Radio Sputnik
    Sondage: plus de 90% des Criméens s'estiment russes

    Parlement criméen: «La Russie ne militarise pas la Crimée, elle protège la population»

    © Sputnik . Igor Russak
    International
    URL courte
    11492

    La Russie ne militarise pas la Crimée, comme l'affirme une résolution du Parlement européen. Elle protège la péninsule contre d'éventuels dangers extérieurs qui émanent notamment de l'Ukraine, a déclaré à Sputnik le vice-président du parlement criméen, Remzi Iliassov.

    Malgré les affirmations du Parlement européen sur la militarisation de la Crimée, la Russie ne fait que protéger la presqu'île contre d'éventuelles menaces extérieures émanant régulièrement notamment des autorités ukrainiennes, a annoncé à Sputnik Remzi Iliassov, vice-président du parlement criméen.

    «La Russie ne militarise pas la péninsule de Crimée, elle protège la population locale contre d'éventuels dangers qui émanent constamment, surtout du côté de l'Ukraine. La position de la Russie est juste, car l'essentiel est de garantir la sécurité de ses citoyens et l'inviolabilité des frontières d'État», a indiqué Remzi Iliassov à Sputnik.

    Selon lui, les pays occidentaux poussent régulièrement les autorités de Kiev à attiser la tension à la frontière avec la Crimée et à déstabiliser la situation dans la péninsule à l'aide de groupes de subversion et de spéculations sur le sujet interethnique.

    «La Crimée fait partie de la Russie dont c'est le droit de défendre son territoire et la sécurité des citoyens qui lui ont confié leur avenir», a-t-il encore fait remarquer.

    Remzi Iliassov estime que le Parlement européen doit plutôt se tourner vers l'Ukraine qui, elle, procède à la militarisation sous couvert d'une supposée nécessité de protéger ses frontières.

    «Tout cela attise les tensions dans le monde, mais les pays occidentaux ferment les yeux [sur ces faits, ndlr] et refusent de réagir de manière adéquate», a-t-il souligné.

    La chaîne RT avait précédemment évoqué le rapport de la Direction générale des politiques externes de l'Union qui affirmait que la Russie avait militarisé la Crimée et Kaliningrad. Selon le document, le rattachement de la presqu'île à la Russie a modifié l'équilibre militaire dans la région en faveur de Moscou et les pays riverains de la mer Noire doivent désormais se méfier de la flotte, des troupes et des systèmes balistiques russes.

    La Crimée et la ville de Sébastopol sont redevenues russes à l'issue d'un référendum tenu en mars 2014 dans le sillage de la crise politique en Ukraine consécutive au renversement du Président Viktor Ianoukovitch. Lors du scrutin, dont les résultats ne sont pas reconnus par Kiev et ses partenaires occidentaux, plus de 96% des votants se sont prononcés en faveur de la réunification avec la Russie.

    Lire aussi:

    Les sanctions européennes visant la Crimée prolongées d'un an
    Des globes terrestres avec la Crimée russe mis en vente en France
    La Crimée est prête à accueillir des étrangers et Kiev n'y pourra rien
    Tags:
    territoire, menaces, défense, sécurité, Parlement européen, chaîne de télévision russe RT, Sputnik, Remzi Iliassov, Viktor Ianoukovitch, mer Noire, Kaliningrad, Sébastopol, Crimée, Moscou, Kiev, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik