International
URL courte
0 22
S'abonner

Le pigiste de Sputnik au Yémen, qui a été pris en otage par des insurgés houthis il y a dix jours, reste injoignable, a fait savoir son épouse.

Le pigiste de Sputnik retenu en otage au Yémen par des Houthis reste injoignable depuis le 5 décembre dernier, jour où il avait réussi à appeler son épouse pour lui dire qu'il était sain et sauf.

«Je reste sans nouvelles de lui, je ne sais pas ce qu'il devient», a-t-elle indiqué.

Les insurgés houthis ont investi le 2 décembre le centre de télévision à Sanaa où se trouve, entre autres, le siège de la chaîne Yemen Today réputée être proche du parti de l'ex-Président yéménite Ali Abdallah Saleh. Le pigiste de Sputnik travaillait pour cette chaîne. Deux sources indépendantes l'une de l'autre ayant des contacts avec les insurgés avaient annoncé à Sputnik que son pigiste était retenu en otage avec 40 autres journalistes par les Houthis au siège de la télévision.

Les journalistes retenus en otage seront libérés à l'issue d'une enquête, avait précédemment affirmé à Sputnik Halima Jahaf, membre du bureau politique du mouvement houthi Ansar Allah.

La chaîne Yemen Today est réputée proche du Congrès populaire général (parti de l'ex-Président yéménite) qui a appelé les habitants à défendre le pays contre son récent allié, le mouvement houthi Ansar Allah.

Elle a diffusé un discours d'Ali Abdallah Saleh dans lequel il appelait à un soulèvement contre les Houthis et interdisait aux militaires qui lui étaient restés fidèles d'obtempérer à leurs ordres.

Ali Abdallah Saleh a trouvé la mort un peu plus tard lors d'un échange de tirs avec les insurgés.

Lire aussi:

Appels au boycott de produits français dans des pays musulmans
Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
Tags:
pigiste, prise d'otages, Yemen Today, Ansarullah, Sputnik, Ali Abdallah Saleh, Yémen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook