Ecoutez Radio Sputnik
    Kim Jong Un

    Kim Jong-un: la Corée du Nord, une force nucléaire au terme d’un «combat défiant la mort»

    © REUTERS / KCNA
    International
    URL courte
    8261
    S'abonner

    Le dirigeant nord-coréen a promis de sortir victorieux de «l’épreuve de force» avec les États-Unis grâce à un arsenal nucléaire qui avance à grands pas, a rapporté la presse officielle nord-coréenne.

    Dans un contexte de fortes tensions autour des programmes balistique et nucléaire de Pyongyang, le numéro un nord-coréen a assuré mardi que son pays irait «de l'avant victorieusement pour devenir la puissance nucléaire et militaire la plus forte au monde», a rapporté mercredi l'agence officielle KCNA.

    «L'industrie de défense nationale va continuer à se développer et nous allons remporter la victoire dans l'épreuve de force avec les impérialistes et les États-Unis», a déclaré Kim Jong-un dans un discours devant des employés du programme balistique.

    La Corée du Nord est devenue une force nucléaire au terme d'un «combat défiant la mort» et en dépit des coûts élevés pour le pays, a-t-il ajouté.

    Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson a récemment affirmé que les États-Unis continueraient d'insister sur la solution diplomatique au problème nord-coréen, soulignant que chaque tir de missile éloignerait de plus en plus la Corée du Nord de la communauté internationale, alors que les USA pourraient faire face à toute menace.

    Les tensions autour de la péninsule coréenne sont montées d'un cran après que la Corée du Nord a procédé fin novembre à un nouveau tir de missile balistique. Les États-Unis et la Corée du Sud ont, à leur tour, lancé des exercices militaires d'envergure. Des médias sud-coréens ont cependant annoncé que la Corée du Sud et les USA n'envisageaient pas d'actions militaires contre la Corée du Nord, ni un blocus naval.

    Tags:
    tensions, combat, programme balistique, conflit, nucléaire coréen, Kim Jong-un, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik