Ecoutez Radio Sputnik
    La Maison-Blanche, Etats-Unis

    La Maison-Blanche et le département d’État s’embrouillent dans leurs propos sur la RPDC

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    6201
    S'abonner

    Le secrétaire d’État américain a annoncé la volonté des États-Unis d’entamer des pourparlers avec la Corée du Nord. Une déclaration surprise non seulement pour la communauté internationale, mais aussi pour la Maison-Blanche.

    Le chef de la diplomatie américaine a déclaré que les États-Unis étaient finalement prêts à dialoguer avec la Corée du Nord.

    «Nous sommes prêts à tenir une première réunion sans condition préalable. Rencontrons-nous, parlons de la météo si vous voulez, ou discutons pour savoir s'il faut une table carrée ou ronde, si c'est ce qui vous fait plaisir. Mais au moins, voyons-nous face à face et ensuite on pourra commencer à établir une feuille de route de ce vers quoi nous voudrions aller», a déclaré M. Tillerson.

    Une déclaration surprenante, compte tenu de la pression accrue exercée par les États-Unis sur la Corée du Nord, qui réclament que les autres pays rompent leurs relations avec la RPDC, suspendent toute coopération économique et expulsent les migrants nord-coréens. Dans le même temps, les États-Unis et ses alliés, la Corée du Sud et le Japon, ont fait des exercices militaires imprévus, dont les derniers se sont tenus le 4 décembre.

    Le discours de Rex Tillerson laisserait croire que la Maison-Blanche a décidé de passer de la confrontation aux tentatives de trouver une solution diplomatique à la crise coréenne. Néanmoins, deux heures plus tard, la porte-parole de l'Administration américaine Sarah Sanders a fait une déclaration contredisant les propos de M. Tillerson.

    «La vision du Président sur la RPDC n'a pas changé. La Corée du Nord agit de manière dangereuse non seulement à l'égard du Japon, de la Chine et de la Corée du Sud, mais aussi à l'égard du monde entier. Ses actions sont dangereuses pour tous, mais en premier lieu pour elle-même», a-t-elle déclaré.

    L'approche de Donald Trump prévoit le passage aux négociations avec la Corée du Nord une fois que celle-ci renoncera à son programme nucléaire.

    La Russie a salué le discours du secrétaire d'État américain.

    «De telles déclarations constructives nous plaisent beaucoup plus que la rhétorique de confrontation. Elles s'inscrivent dans le cadre des appels lancés par la Russie, selon lesquels la rhétorique de confrontation et toutes les actions susceptible de renforcer les tensions sur la péninsule coréenne sont absolument contre-productives», a indiqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

    La Russie et la Chine soutiennent l'idée du «double moratoire» prévoyant une suspension simultanée des essais nucléaires de Pyongyang et des manœuvres militaires américano-sud-coréennes, afin de relancer les négociations.

    Lire aussi:

    Un incendie s'est déclaré près de la gare de Bruxelles-Nord - images
    Jean-Paul Delevoye annonce sa démission du gouvernement
    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Miss Centre-Val de Loire se moque d’elle-même après le détournement viral d’une de ses photos
    Tags:
    crise coréenne, Département d'Etat des Etats-Unis, présidence américaine, Sarah Huckabee Sanders, Rex Tillerson, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik