Ecoutez Radio Sputnik
    Margarita Simonjan

    «Londres est vexé que Twitter n’ait pas confirmé l’ingérence russe dans le Brexit»

    © Sputnik . Sergej Guneew
    International
    URL courte
    6151

    La rédactrice en chef de Sputnik et de RT s’est prononcée sur la réaction du président de la commission chargée du numérique, de la culture, des médias et du sport (DCMS) du Royaume-Uni, Damian Collins, sur la soi-disant ingérence russe dans le Brexit.

    «Le parlement britannique est vexé que Twitter n'ait pas confirmé l'ingérence russe dans le Brexit et a demandé à Twitter d'enquêter avec plus de rigueur», a déclaré Margarita Simonian, rédactrice en chef de Sputnik et de RT, en guise de réponse aux allégations de Damian Collins sur la récente enquête menée par le réseau social visant à déterminer le rôle du Kremlin dans le Brexit.

    Or, Twitter n'a trouvé que six annonces de publicité de Sputnik et RT publiées lors du référendum du 23 juin 2016 et dont le prix total s'élève à un millier de dollars.

    Ces derniers mois, la commission a sollicité Facebook et Twitter en leur demandant de lui fournir des éléments sur d'éventuelles «ingérences» russes, à la suite notamment des révélations liées à l'Internet Research Agency.

    Dans une lettre adressée à la commission électorale britannique, Facebook affirme n'avoir trouvé que trois publicités financées par cette société et ayant touché une audience britannique, pour une valeur légèrement inférieure à un dollar.

    Facebook précise que ces annonces visaient aussi une «audience américaine», et qu'elles n'ont donné lieu côté britannique qu'à «200 impressions (affichages sur un écran, ndlr)», pendant quatre jours en mai 2016.

    Facebook, qui assure avoir enquêté «très sérieusement», ajoute que ces messages avaient trait à l'immigration, et non au référendum sur l'UE. Insuffisant toutefois pour le président de la DCMS, Damian Collins.

    «Il semblerait qu'aucun travail n'ait été fait par Facebook pour rechercher d'autres faux comptes et pages qui pourraient être liés à des agences soutenues par la Russie et qui étaient actifs lors du référendum sur l'UE, comme je l'ai demandé», a-t-il déclaré. «J'ai rencontré des employés de Facebook (mercredi) et je leur ai demandé de nouveau une réponse complète», a-t-il dit.

    Lire aussi:

    Google et Facebook: les publicités de la chaîne RT n’ont pas violé les règles
    Twitter s’exprime sur la prétendue ingérence russe dans le Brexit
    L'enquête pour «collusion» avec la Russie: une «honte» selon Trump
    Tags:
    ingérence russe, Twitter, Inc, Facebook, Inc, Margarita Simonian, Royaume-Uni, Londres, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik