Ecoutez Radio Sputnik
    Emmerson Mnangagwa

    Zimbabwe: Mnangagwa consolide son pouvoir lors du 1er congrès de la Zanu-PF sans Mugabe

    © AFP 2019 Jekesai Njikizana
    International
    URL courte
    0 11

    Alors que Robert Mugabe passe des examens médicaux à Singapour, Emmerson Mnangagwa, qui l’a récemment contraint à renoncer au pouvoir avec le soutien de l’armée zimbabwéenne, renforce ses positions à l’occasion du congrès extraordinaire de la Zanu-PF en s’appuyant sur les combattants de l’indépendance, dont il est lui-même.

    Cette deuxième semaine du mois de décembre 2017 aura été chargée pour les délégués du parti zimbabwéen de la Zanu-PF. Le mardi 12 se réunissait son bureau politique. Le mercredi 13 se tenait son comité central. Les instances du parti ont ainsi préparé pendant deux jours le congrès extraordinaire qui s'est tenu vendredi à Harare.

    Prévu de longue date, ce congrès aurait dû permettre à Grace Mugabe de faire un pas de plus vers le fauteuil de la vice-présidence du pays.

    Les événements de novembre 2017, qui ont conduit à l'éviction de Robert Mugabe tant de la tête de la République zimbabwéenne que de celle de la Zanu-PF, ont imposé un nouvel ordre du jour à ce congrès désormais placé sous la devise «Consolider les bénéfices du Zim-Asset (Zimbabwe Agenda for Sustainable Socio-Economic Transformation, ndrl) par l'unité, la paix et le développement ». Les délégués étaient appelés à s'exprimer sur: la confirmation d'Emmerson Mnangagwa dans ses fonctions actuelles de Premier Secrétaire et Président de la Zanu-PF; sa désignation comme candidat du parti aux élections présidentielles de 2018, qui devraient se tenir au plus tard au mois d'août; l'approbation des résolutions adoptées le 19 novembre 2017 par le comité central.

    Dans le discours qu'il a prononcé en milieu de journée (heure locale), Emmerson Mnangagwa a insisté sur le fait que:

    « Ma Présidence ne doit pas être considérée comme l'ascension d'une région ou d'une tribu mais doit être considérée comme le renforcement de l'unité totale. (…) Je suis le président de tous [les Zimbabwéens] » 

    Le combattant de l'indépendance qu'il reste s'est également employé à rassurer la vieille garde du parti essentiellement constituée de ses pairs qui avaient été menacéspar l'ascension de Grace Mugabe. Emmerson Mnangagwa a notamment affirmé que:

    «leur valeur dépasse de loin la valeur numérique de leur vote» 

    et que sur leurs épaules repose la lourde responsabilité de réorienter idéologiquement la jeunesse.

    Les trois propositions inscrites à l'ordre du jour de ce congrès ont été adoptées. Comme attendu, Grace Mugabe et 25 de ses soutiens ont été exclus des rangs de la Zanu-PF dont les délégués ont proclamé la nullité des suspensions et exclusions de ses membres prononcées depuis 2014. 

    Les défis à relever par le Président Emmerson Mnangagwaet le gouvernement qu'il a nommé à la fin du mois dernier et dans laquelle l'armée a un poids important sont considérables. Pour tenter de sortir de la profonde crise économique que le Zimbabwe traverse depuis le début des années 2000, le nouveau cabinet a présenté un projet de budget pour l'année 2018 qui contient des mesures destinées à favoriser l'afflux dans le pays de capitaux étrangers.

    Lire aussi:

    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    «Je ne veux pas tuer 10 millions de personnes»: Trump dit qu'il pourrait gagner la guerre en Afghanistan en une semaine
    Un avion militaire libyen armé de missiles air-sol viole l’espace aérien tunisien et atterrit en urgence – images
    Tags:
    Emmerson Mnangagwa, Robert Mugabe, Zimbabwe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik