International
URL courte
532
S'abonner

Le Committee on Standards in Public Life, comité d'éthique conseillant la Première ministre Theresa May, insiste sur l’engagement des responsabilités des géants du web quant aux publications de leurs utilisateurs. Cela pourrait les exposer à des poursuites, civiles ou pénales, en cas de problème, a indiqué à Sputnik un juriste britannique.

Jusqu'ici, les réseaux sociaux et moteurs de recherche ont décliné la responsabilité sur les contenus partagés par leurs abonnés et utilisateurs, s'abritant derrière leur statut de simple plateforme de diffusion pour échapper à toute obligation de contrôle, a rappelé à Sputnik Tony Jaffa de Foot Anstey, une des meilleures compagnies juridiques du Royaume-Uni.

«Si le gouvernement suit ces recommandations et adopte finalement une loi appropriée, le statut d'éditeur sera attribué aux réseaux sociaux, ce qui les rendra responsables des contenus qu'ils diffusent tout en les exposant à d'éventuelles poursuites civiles ou pénales», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter qu'il s'agissait notamment de réviser le statut des grandes plateformes comme Facebook ou Google.

On a déjà accusé par le passé Facebook d'avoir mis trop de temps dans la suppression de publications de harcèlement ou de terrorisme, alors qu'il aurait fallu supprimer ce type de contenu ou à en bloquer l'accès.

Theresa May avait, alors, déclaré que les géants du web n'avaient que deux heures pour retirer les contenus terroristes afin d'éviter une amende.

Avec la propagation des fake news sur les différentes plateformes et l'accroissement des actes de harcèlement, le Royaume-Uni, tout comme la Commission européenne, envisagent d'engager la responsabilité des moteurs de recherche et les plateformes des réseaux sociaux sur les publications faites par leurs utilisateurs.

Selon les recommandations des organes officiels, pour «augmenter la prévention, la détection et l'élimination proactive des contenus illégaux incitant à la haine, à la violence et au terrorisme en ligne", Facebook et Google doivent mettre à jour leurs filtrages pour pouvoir «retirer aussi vite que possible» les contenus illégaux.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Un garçon de 14 ans incarcéré pour le viol d’une quadragénaire à Dunkerque
Dupond-Moretti «est exécrable»: les juges vent debout contre le nouveau Garde des Sceaux
Il piège sa maison avec des grenades, des cambrioleurs le font condamner
Tags:
utilisateurs, poursuites, faux, terrorisme, réseaux sociaux, Foot Anstey, Commission européenne, Sputnik, Google, Facebook, Inc, Tony Jaffa, Theresa May, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook