Ecoutez Radio Sputnik
    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanjahu

    L'Onu n'est qu'une «maison des mensonges», selon Netanyahu

    © AFP 2019 Gali Tibbon/Pool
    International
    URL courte
    531636

    Israël n'a pas l'intention de reconnaître le vote sur Jérusalem à l'Assemblée générale des Nations unies qui n'est qu'une «maison des mensonges», a déclaré le Premier ministre du pays, Benjamin Netanyahu.

    Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, ne fait pas grand cas de l'Onu, cette «maison des mensonges», selon l'agence AFP.

    «Israël rejette par avance le vote sur Jérusalem prévu ce jeudi aux Nations unies, cette "maison des mensonges"», a-t-il indiqué.

    Benjamin Netanyahu a précédemment salué le veto américain à une résolution de l'Onu condamnant la reconnaissance unilatérale par les États-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël. Le document a été soumis au Conseil de sécurité par l'Égypte, mais a été bloqué lundi 18 décembre par Washington. La résolution reconnaissait comme n'ayant pas de force législative toutes les décisions et actions visant à modifier l'aspect, le statut ou la composition démographique de Jérusalem et appelait tous les pays à s'abstenir d'ouvrir des ambassades dans la ville, en conformité avec la résolution 478 du Conseil de sécurité adoptée en 1980. Les 14 autres membres du conseil ont soutenu le projet de document proposé par l'Égypte, mais l'ambassadrice des États-Unis Nikki Haley y a opposé son veto.

    «Merci madame l'ambassadrice Haley» et le «Président Trump», avait alors écrit Benjamin Netanyahu sur Twitter.

    Le 6 décembre dernier, Donald Trump a annoncé que les États-Unis reconnaissaient Jérusalem comme capitale de l'État hébreu et que l'ambassade américaine y serait transférée. L'initiative a provoqué la colère du monde arabo-musulman et des émeutes dans les territoires palestiniens. Le Congrès américain avait adopté dès 1995 une loi prévoyant le transfert de l'ambassade des États-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem. Mais à cause du statut contesté de cette ville et de l'importance de la question pour les pays arabo-musulmans, tous les Présidents américains signaient tous les six mois une dérogation à cette loi.

    Lire aussi:

    La Corée du Nord saisit un navire russe
    Corée du Sud: la Russie réagit aux tirs de semonce présumés contre ses bombardiers
    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    Tags:
    veto, résolution, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, AFP, Nikki Haley, Donald Trump, Benjamin Netanyahu, Tel Aviv, Washington, Jérusalem, Egypte, États-Unis, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik